Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Anaïs Chevalier : « Je ne vais pas arrêter de faire du sport parce que je suis enceinte ! »

-
Par , France Bleu Isère

La biathlète dauphinoise Anaïs Chevalier ne sera pas sur la Coupe du Monde cette année. La jeune femme de 26 ans est enceinte, mais elle reste une athlète de haut niveau, et affirme sa volonté de mener sa maternité et sa carrière comme elle l’entend.

Anaïs Chevalier avec sa médaille de bronze décrochée sur le sprint des mondiaux d'Hochfilzen en 2017
Anaïs Chevalier avec sa médaille de bronze décrochée sur le sprint des mondiaux d'Hochfilzen en 2017 © Maxppp -

Alors que la canicule est écrasante dans la vallée, Corrençon-en-Vercors est aussi sous la chaleur, mais dans une moindre mesure, c’est là, à deux pas de la piste de ski-roue et du stand de tir, et dans l’hôtel ouvert par l’ancienne championne Marie Dorin-Habert, que l’équipe de France de biathlon boucle son troisième stade de préparation. Parmi les athlètes présents, Anaïs Chevalier. Enceinte, elle doit accoucher en novembre, mais elle continue à s’entraîner. À son rythme, mais déterminée à concilier sa maternité avec sa carrière.

France Bleu Isère : Vous êtes en pleine préparation avec l’équipe de France, mais une préparation particulière pour vous puisque vous êtes enceinte…

Anaïs Chevalier : « C’est particulier, mais après je suis très sportive à la base, depuis des années donc je ne vais pas arrêter de faire du sport parce que je suis enceinte. Il n’y a rien de déconseillé quand on est enceinte, j’ai pris beaucoup d’avis médicaux, dans différents pays parce que la France est encore hyper fermée par rapport à ça. Il y a quand même beaucoup de gens qui se permettent de critiquer quand ils voient une femme enceinte faire du sport ou quelque chose qui, à eux, ne leur paraît pas bien. Je ne m’interdis rien, je fais juste les choses avec moins d’intensité,  des choses moins longues, en musculation je mets moins de poids. C’est juste une question d’adaptation. Je fais les choses en accord avec moi, avec mon mari, et avec le corps médical qui me suit, alors la critique facile je vais m’en passer. »

« Je prends le temps, l’objectif c’est qu’au mois de mai prochain je puisse reprendre l’entraînement »

Vous dîtes que faire un enfant au milieu de votre carrière est un risque ?

« Peut-être, mais c’est un choix réfléchi. Oui, il y a un risque de ne pas pouvoir reprendre, il peut se passer plein de choses, mais je me donne quand même le temps. L’objectif c’est de revenir pour les JO dans trois ans. J’ai décidé de ne pas remettre de dossard cet hiver pour ne pas me dire : voilà, il faut absolument qu’en février j’ai refait ça ou ça… Non, je prends le temps, l’objectif c’est qu’au mois de mai prochain  je puisse reprendre l’entraînement dans de bonnes conditions, et puis voilà ça me laisse presque un an, donc je pense que j’ai le temps. »

« Marie c’est un exemple »

Vous appuyez-vous sur l’expérience de votre ancienne coéquipière, Marie Dorin-Habert qui a donné naissance à une fille pendant sa carrière ?

« Pour moi c’est un appui, je veux faire mon chemin à moi, mon histoire, ma carrière, mais n’empêche que d’avoir des avis c’est hyper important. Après Marie, elle a eu la chance de revenir très vite à la compétition, c’est un choix qu’elle a fait, et derrière elle n’a jamais été aussi forte (décrochant cinq titres de championne du monde, ndlr). Donc je me dis c’est carrément possible, c’est un exemple. Est-ce que c’est ce que je vais faire je ne sais pas, mais c’est possible. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess