Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hockey sur glace : la fédération laisse à Rouen le titre de champion de la Ligue Magnus

-
Par , France Bleu Isère

Nouvel épisode dans le conflit entre la Fédération française de hockey sur glace, Grenoble et Rouen. Le bureau directeur de la FFHG ne suit pas l'avis du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), et maintient ce vendredi l'attribution du titre de champion de la Ligue Magnus à Rouen.

Cette saison Grenoble et Rouen s'affrontent aussi en coulisses à propos du titre de champion
Cette saison Grenoble et Rouen s'affrontent aussi en coulisses à propos du titre de champion © Maxppp - Najim Chaoui

La Fédération française de hockey sur glace persiste et signe. Alors que le CNOSF avait donné raison à Grenoble, le bureau directeur de la FFHG a confirmé, ce vendredi, l'attribution du titre de champion de la Ligue Magnus aux Dragons de Rouen, premiers de la saison régulière. La Coupe Magnus leur sera ainsi remise dans les prochains jours. 

Le président grenoblois Jacques Reboh conteste le titre des Normands en raison de l'absence de phase finale cette saison. Sa position avait  reçu l'appui du CNOSF, mais la Fédération a décidé de ne pas suivre cet avis. Le bureau directeur de la FFHG a estimé que "le grief de pure forme relevé par les conciliateurs du CNOSF, concernant l’annonce tardive selon eux de l’attribution du titre de champion de France au vainqueur de la saison régulière, n’apparait pas de nature à devoir remettre en cause les principes de démocratie et d’équité sportive dont la Fédération est la garante".

Un dernier recours en justice ?

Depuis le début de cette affaire, les Brûleurs de Loups se réservent le droit d'aller en justice s'ils n'obtiennent pas gain de cause. La demande de conciliation au CNOSF était une étape indispensable pour ensuite pouvoir se diriger vers le tribunal administratif. Reste à savoir si, en pleine intersaison, Grenoble mettra ses menaces à exécution. Le président des Brûleurs de Loups se dit "choqué, écoeuré" et toujours prêt à aller en justice "nous regrettons cette position qui annonce une nouvelle joute. Nous sommes prêts pour l’acte deux" écrit Jacques Reboh dans un communiqué publié ce vendredi après midi.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess