Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Hockey sur glace : le CNOSF donne raison aux Brûleurs de Loups, qui contestent le titre de Rouen

-
Par , France Bleu Isère

Nouvel épisode dans le feuilleton qui oppose Grenoble à la Fédération française de hockey sur glace, à propos du titre décerné aux Dragons de Rouen. Le Comité National Olympique et Sportif Français vient de rendre un avis favorable aux Grenoblois, qui demandent une saison blanche, sans champion.

Jacques Reboh, le président des Brûleurs de loups, en conférence de presse dans le vestiaire du club
Jacques Reboh, le président des Brûleurs de loups, en conférence de presse dans le vestiaire du club © Radio France - Paul Tilliez

Alors que la saison est terminée, le hockey français débat toujours pour savoir s'il y aura un champion. 

Pour la Fédération il s'agit de Rouen qui, malgré une ultime défaite 3-2 vendredi dernier à Grenoble, a terminé largement en tête de la saison régulière. Mais Grenoble, sacré en 2019 sur la glace normande, ne veut pas voir la coupe Magnus retourner à l'Île Lacroix. Pas de phase finale, pas de titre, pour le président des Brûleurs de Loups Jacques Reboh qui avait demandé une conciliation au CNOSF.

"Ne pas galvauder ce beau trophée qu'est la Magnus" - Jacques Reboh, président des Brûleurs de Loups

Vendredi, le Comité National Olympique et Sportif Français s'est prononcé en faveur de la position grenobloise, expliquent les Brûleurs de Loups dans un communiqué. Une petite victoire pour le président de Grenoble : "dès le début du championnat il avait été prévu que s'il n'y avait pas de play-off, il n'y avait pas de champion. C'est la fédé qui par un tour de passe-passe a décidé qu'il y en aurait un. C'est juste de ne pas galvauder ce beau trophée qu'est la Magnus". 

Cet avis étant consultatif, les deux parties ont jusqu'à la mi-avril pour l'accepter ou pas. Grenoble le fera, et menace d'aller en justice si la Fédération ne suit pas les recommandations du CNOSF.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess