Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Je skiais avec une sorte de frein psychologique", la skieuse Jennifer Piot met un terme à sa carrière

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie

À 28 ans, la skieuse Jennifer Piot vient d’annoncer la fin d’une carrière freinée par les blessures et leurs conséquences, tant physiques que morales.

Jennifer Piot ne sera pas au départ des descentes de Crans Montana ce week-end en Suisse. Après dix ans et 117 départs en coupe du monde la skieuse de L’Alpe d’Huez (Isère) a dit stop, en plein milieu de la saison. Une décision mûrie après les premières courses de l’hiver où Jennifer Piot n’avait pas réussi à briller. 

"Ce qu’il faut aujourd’hui en descente pour monter sur un podium c’est cette petit fougue, cet engagement et cette inconscience que je ne suis plus capable d’avoir." - Jennifer Piot, skieuse

Championne du monde junior de descente en 2013, elle n’est jamais montée sur un podium de coupe du monde, la faute notamment à des blessures et des chutes qui ont laissé trop de traces. "En 2015 je me suis cassé le bras, abîmé les cervicales et les nerfs. J’ai eu des séquelles, surtout psychologiques et au final je n’ai jamais réussi à passer au-dessus" explique Jennifer Piot, qui estime aujourd’hui ne plus avoir les armes pour le très haut niveau. "Ce qu’il faut aujourd’hui en descente pour monter sur un podium, c’est cette petit fougue, cet engagement et cette inconscience que je ne suis plus capable d’avoir."

Au moment de quitter la coupe du monde, la skieuse veut surtout garder les bons souvenirs : "je suis reconnaissante de la chance que j’ai eue, de pouvoir courir au plus haut niveau, sur les plus belles pistes du monde, dans les plus belles stations du monde". Avec le contexte actuel, Jennifer Piot ne sais pas vraiment de quoi l’avenir sera fait, mais elle sait ce qu’elle veut : rester dans le monde du ski, sa passion.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess