Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

Reprise à Val d'Isère pour l'équipe de France de ski

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Trois mois après la fin prématurée de la saison de ski à cause du Covid-19, une partie de l'équipe de France a rechaussé les skis ce mardi à Val d'Isère en Savoie. "Retoucher la neige" et reprendre le contact au programme. Reportage de Jérôme Val.

 La reprise de l'équipe de France sur le glacier de Val d'Isère cette semaine.
La reprise de l'équipe de France sur le glacier de Val d'Isère cette semaine. © Radio France - Jérôme Val

C'est le soleil et avec une bonne neige que l'équipe de France de ski alpin et de ski de bosses se retrouve en stage à Val d'Isère en Savoie cette semaine. Trois mois après la fin brutale et prématurée de la saison, c'était la première fois que la plupart rechaussaient les skis, comme par exemple Perrine Laffont. La championne olympique de ski de bosses ne boudait pas son plaisir. Pour sa première journée de ski depuis la fin de saison, malgré les 0° à 7 heures du matin sur le glacier du Pisaillas (3.300m), elle a profité à fond. "Ca fait vraiment trop plaisir de retrouver la neige, ça nous avait tant manqué", confie la skieuse à Jérôme Val pour franceinfo et France Bleu.  

Perrine Laffont, impatiente comme "une première fois en équipe de France"

L'Ariégoise s'est confinée dans les Pyrénées où elle confesse une coupure totale, avant de revenir dans les Alpes. Ce bouleversement d'habitudes, elle le vit plutôt bien. Cet été, elle ne pourra certainement pas profiter de l'hiver dans l'hémisphère sud en Australie, "mais on va optimiser au mieux nos jours de ski ici à Val d'Isère, c'est pour cela qu'on est venu dès l'ouverture". Impatiente, la jeune championne avoue qu'elle n'a pas pu dormir la nuit précédant cette reprise : "j’étais excitée d’aller skier. On aurait dit ma première fois en équipe de France !".

Philosophe aussi : "Finalement, on s'adapte, ça ne sert à rien de se prendre la tête. On ne maîtrise pas, donc autant prendre le bon côté des choses. Le point positif c’est qu’on va passer un peu plus de temps à la maison cette année".

 Le sourire de Perrine Laffont, championne olympique de ski de bosses
Le sourire de Perrine Laffont, championne olympique de ski de bosses © Radio France - Jérôme Val

Un peu à l’écart de la piste, on s’active pour façonner les bosses à coup de pelle. « Ça tient en forme », s’amuse Ludovic Didier, l’entraîneur de l’équipe de France de bosses, qui pendant plusieurs heures, va manier sa pelle aux couleurs du drapeau français. C’est la première fois que les « bosseurs » tricolores viennent à Val d’Isère aussi tôt dans la saison. C’est une des conséquences de la crise sanitaire mais pas la seule. « C’est compliqué parce qu’on a _énormément de normes strictes à respecter_, détaille Ludovic Didier. On ne peut mettre qu’une seule personne par chambre dans nos logements à Val d’Isère. Les véhicules sont également restreints au niveau de la montée vers le glacier. » Le masque est d’ailleurs obligatoire sur les remontées mécaniques, mais pour skier.

"On se doute qu'il y aura des perturbations, mais ça ne sert à rien de perdre de l'énergie à penser à ça maintenant." - Perrine Laffont

Sur la suite de la saison, et toutes ses incertitudes, Perrine Laffont refuse d'être perturbée dès aujourd'hui : "on y pense quand on voit des pays comme les États-Unis qui ne s’en sortent pas encore. On doit aussi aller en Chine… On se doute qu’il y aura des perturbations. Mais cela sert à rien de perdre de l’énergie à penser à ça maintenant, concentrons nous sur notre préparation".

Reprise à Val d'Isère pour une partie de l'équipe de France de ski
Reprise à Val d'Isère pour une partie de l'équipe de France de ski © Radio France - Jérôme Val

Premier jour de ski pour Clément Noël

De l’autre côté du téléski du Pisaillas, c’est le terrain de jeu des skieurs alpins. C’est une reprise prématurée aussi pour eux. Mais ne pas penser à ce qu'on ne maîtrise pas, c'est aussi le credo de Clément Noël. Le slalomeur licencié de Val d'Isère rechaussait lui aussi les skis ce mardi, après une longue période sans glisse. 

D’habitude, Clément Noël reprend le ski à la fin août et profite de l’été pour parfaire sa condition physique. "On reprend tranquillement (...) _On s’adapte à tout_.  L’an dernier même époque on prenait la préparation physique. Donc là on a tout avancé… On faisait ça il y a quelques années. On s’y réhabitue". Sur les réseaux sociaux, d'autres skieurs comme Victor Muffat-Jeandet ont aussi partagé leurs premières glisses.

Ce nouveau rythme convient plutôt bien à celui qui a vu le Globe lui échapper pour deux petits points la saison passée, au bénéfice du Norvégien Henrik Kristoffersen. "On a le temps de faire les choses, la saison va arriver moins vite. Tout le monde a fait différemment, c’est pas forcément moins bien, c’est adapté à la situation". Sur sa saison écourtée et ce titre qui lui a échappé, pas d'amertume : "C’est sûr que gagner un globe c’est différent que faire deuxième, mais y a des choses beaucoup plus importantes que ça. On a bien fait d’arrêter les frais".

"On a le temps de voir venir et de prendre l’exemple sur les sports d’été. J’espère que ce sera une belle saison, avec du public. Personne ne peut le savoir"- Clément Noël

Pour cette reprise, Clément Noël confie que "le ski ne (lui) a pas vraiment manqué", mais après voir "retouché la neige", oui, c'est vrai que "ça fait du bien". Pendant le confinement puis le déconfinement, Clément Noël a profité de ses amis, il a aussi lancé une collecte pour soutenir la recherche contre le cancer. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess