Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"On a des fourmis dans les jambes", les supporters des Dragons Catalans de retour au stade Gilbert-Brutus

-
Par , France Bleu Roussillon

Après plus d'un an de crise sanitaire, le public peut retourner dans les stades avec une jauge de 1 000 supporters depuis mercredi. Plusieurs centaines d'entre eux ont été tirés au sort pour assister au match des Dragons Catalans face à Saint-Helens, au stade Gilbert-Brutus de Perpignan.

Thierry Gil a ressorti toute sa panoplie de supporter des Dragons Catalans pour le match de samedi.
Thierry Gil a ressorti toute sa panoplie de supporter des Dragons Catalans pour le match de samedi. © Radio France - Bastien Munch

Thierry Gil serait déjà prêt à entrer dans le stade. Casquette sang et or sur la tête, écharpe aux couleurs des Dragons catalans, il a ressorti toute sa panoplie de supporter sur sa terrasse de Saint-Estève, après plus d'un an sans avoir remis les pieds dans un stade. Car Thierry Gil a été tiré au sort pour faire partie des 1 000 spectateurs à pouvoir revenir au stade Gilbert-Brutus de Perpignan samedi 22 mai, pour assister au match des Dragons Catalans face à Saint-Helens, leader de la Super League. Une jauge permise par la deuxième étape du déconfinement amorcée le mercredi 19 mai. "C'est sûr que je suis heureux de partir au match", confirme Thierry Gil. "C'est vraiment un événement après tout ce qu'on a vécu."

"On va ressortir les écharpes et les maillots, et puis on va réviser les chants", indique de son côté Gérard Maureta, à Salses-le-Château, également sélectionné pour assister au match samedi. "Il me tarde beaucoup, on a déjà commencé à se téléphoner entre amis, on se réjouit de se revoir, de boire une bière, de revivre toute cette ambiance. Tout le monde piétine, on a un peu des fourmis dans les jambes pour vibrer, pour se lever, pour agiter un drapeau, pour crier dans le stade, pour vivre ces matchs."

Des matchs sans jauge cet été

"Depuis le temps qu'on était sevrés, maintenant ça va aller beaucoup mieux", affirme le retraité. "Tous les samedis, on ne savait plus quoi faire, on était un peu paumés. Il fallait trouver d'autres occupations !" Gérard Maureta se réjouit aussi de voir un match entre le leader et le troisième au classement pour ce retour en tribune : "Une équipe comme Saint-Helens, quand même, ça va être un match énorme. Donc il faudra être là pour les supporter, pour les encourager. Comme un match classique avant le covid !"

Mais Thierry Gil, à Saint-Estève regrette cette jauge de 1 000 places dans un stade qui peut en contenir 10 400. "Ça ne va pas résonner pareil, il faut bien se dire que ça va être un peu calme... Après s'il faut crier, on criera. Même à 1 000, on est des Catalans donc on est forts, et on crie facilement ! Mais les joueurs, quand ils vont entrer sur le stade et qu'ils vont nous voir crier "catalans ! catalans !" ça va leur faire quelque chose." Mais Thierry attend surtout les prochains matchs des Dragons Catalans pour être pleinement satisfait, une fois les jauges supprimées le 30 juin. "C'est sûrement à partir de cet été qu'on va vraiment ressentir la joie de se retrouver. Et l'avantage du rugby à XIII, c'est qu'on joue jusqu'au mois d'octobre, donc on pourra voir des matchs tout l'été !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess