Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

ASM Clermont : sanction à peine allégée pour Alivereti Raka mais le club ne décolère pas

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

La commission d'appel fédérale a sanctionné Alivereti Raka, l'ailier clermontois entendu hier, de quatre semaines de sanctions, au lieu de cinq prononcées en première instance devant la commission de la LNR. L'ASM se réserve le droit de porter l'affaire devant le CNOSF.

Raka avec l'ASM contre la Rochelle, le 6 mai 2017
Raka avec l'ASM contre la Rochelle, le 6 mai 2017 © Maxppp - Pierre Couble

Une semaine de moins. La commission d'appel fédérale, qui a entendu Alivereti Raka en visioconférence, a décidé de sanctionner l'ailier international clermontois de quatre semaines au lieu de cinq prononcées en première instance.

Quatre semaines à partir du 14 octobre, date qui correspond au jour de la première audience. Ce qui veut dire que Raka ne sera requalifié qu'à partir du 11 novembre et donc être disponible pour la réception de Lyon le 15 novembre au Michelin.

L'ASM dénonce une décision "totalement incompréhensible, au vu du guide décisionnel sur les plaquages haut établi par World Rugby" et envisage de faire un recours devant le CNOSF. L'affaire concerne un plaquage mal maîtrisé contre Agen et qui, en jeu, lui avait valu un carton jaune.

Dans le détail, voici la position de l'ASM quant à la décision, via l'avocat Charles Fribourg qui a plaidé hier, pour le club la règle est particulièrement claire :

  • premièrement même dans l’hypothèse ou il est considéré que le placage réalisé par Alivereti Raka est d’une haute intensité justifiant un carton rouge la sanction doit être requalifiée en carton jaune lorsqu’il existe un facteur atténuant. Or ce facteur atténuant avait été retenu par les arbitres et par la Commission de Discipline de la LNR dans le cadre de sa décision lorsqu’elle convenait que le joueur d’Agen s’était abaissé suite au placage réalisé par Sébastien Bezy ;
  • deuxièmement lorsque le premier point d’impact n’est pas la tête mais une autre partie du corps puis remonte sur la tête la seule sanction est un carton jaune. La vidéo montre clairement que le premier point d’impact se situe au niveau du bras gauche du joueur d’Agen pour finir un niveau du visage sans avoir justifié une quelconque blessure ni de protocole commotion.

Reste enfin une incroyable cacophonie ;

  • l’arbitre de champ, l’arbitre de touche et l’arbitre vidéo après avoir pris le temps de revoir l’action appliquent de manière logique le guide décisionnel sur les placages hauts ;
  • le commissaire à la citation considère que l’action est une brutalité et nullement un placage au niveau de la tête ;
  • la Commission de discipline de la LNR disqualifie les faits en rejetant toute brutalité et reconnait l’existence d’un facteur atténuant mais n’applique pas la loi qui impose la diminution d’un échelon de la sanction à savoir un carton jaune ;
  • la Commission fédérale d’Appel réduit la peine à 4 semaines pour des considérations totalement inconnues à ce jour mais qui restent contraires au guide décisionnel sur les plaquages haut établi par World Rugby.

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess