Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

ASM : "Nos supporteurs nous manquent" reconnaît Lapandry

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Alors qu'ils étaient environ 5.000 supporteurs ce samedi au Michelin pour suivre ce match contre Agen et encourager l'ASM, Alexandre Lapandry et Franck Azéma reviennent sur ce contexte particulier avec peu de personnes dans les tribunes.

Alexandre Lapandry, dans les airs, contre le SUA et les tribunes vides du Stade Marcel Michelin
Alexandre Lapandry, dans les airs, contre le SUA et les tribunes vides du Stade Marcel Michelin © Maxppp - Thierry LARRET

Ils étaient environ 5.000 samedi, conséquence du covid. 5.000 supporteurs, chanceux d'avoir pu assister à la victoire de l'ASM contre le SU Agen (31-12). C'est deux fois moins que lors de la réception de Toulouse, le 6 septembre.

Un contexte particulier, et des tribunes un peu vides qui ont troublé le staff comme les joueurs, loin de belles images et de l'ambiance chaude du Michelin. Alexandre Lapandry d'ailleurs, capitaine samedi soir alors qu'il disputait son 200e match de Top 14 sous le maillot des Jaunards, reconnaissait que ça avait marqué le groupe.

Faire "sans le 16e homme"

"C'est particulier, même pour la motivation. Surtout quand on est habitué à jouer au Michelin. J’ai la chance d’y évoluer depuis plusieurs années maintenant et il est vrai que le public nous apporte énormément. Nos supporteurs nous manquent. Cet environnement nous a permis de gagner énormément de matchs par le passé. J’espère que cela va changer dans un futur proche. Maintenant il faut faire avec."

Même le coach Franck Azéma a reconnait que "c'est une ère un peu différente". Avant d'ajouter : "On a l'habitude de parler du 16e homme et du rôle du Stade Michelin dans nos matches à domicile, la pression que ça exerce sur nos adversaires. Il faut encourager ceux qui sont ça, les supporteurs, à crier trois fois plus fort. Mais il faut aussi apprendre à vivre, faire avec. Sur le bord de la pelouse, on entend nos gars plus parfois que le public, c'est surprenant. Mais on a toujours besoin de ça."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess