Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Rugby - La saison 2015-2016 de l'USAP

Avant Biarritz - USAP, Bertrand Guiry : "Un match qui ne me laisse pas indifférent"

-
Par , France Bleu Roussillon
Biarritz, France

Il était officiellement le capitaine de l'USAP lors de la saison de la descente. Parti à Bordeaux puis à Biarritz en début de saison, Bertrand Guiry va affronter ce dimanche l'USAP pour la première fois.

Bertrand Guiry sous le maillot de Biarritz va retrouver l'USAP
Bertrand Guiry sous le maillot de Biarritz va retrouver l'USAP © Maxppp

France Bleu Roussillon : Quel est votre sentiment avant d'affronter pour la première fois l'USAP depuis votre départ ?

Bertrand Guiry : C'est bien sûr un match qui ne me laisse pas indifférent. J'appréhende un peu parce qu'on ne sait jamais comment on va réagir face à son ancienne équipe. Encore plus quand on connait encore une grosse partie de l'effectif. D'un autre coté c'est un match que j'ai vraiment envie de jouer et je suis impatient. Depuis le temps, bien sur que j'ai basculé sur autre chose mais j'ai encore beaucoup d'amis à Perpignan. Donc, j'espère faire le meilleur match possible avec mon équipe car on a besoin de points.

Bertrand Guiry : "C'est un match que j'appréhende"

FBR : Biarritz est quand même la déception de la saison, que se passe-t-il ?

BG : Je ne pense pas détenir la vérité absolue. C'est une somme de problèmes qui aboutit a cette situation. Le staff technique, administratif ou les joueurs n'ont pas commencé la saison dans les meilleures conditions.  Pour une bonne partie de l'effectif, il y avait des avenirs incertains à cause du projet de fusion. On a fait comme on a pu et ce qui nous fait surtout défaut c'est la profondeur de l'effectif car on a une équipe de qualité avec des joueurs d’expérience et des jeunes qui enchaînent les matchs et qui font largement le boulot.

On a traîné ce mauvais début de saison avec six défaites, il y a ensuite eu un changement de staff. On a eu une meilleure période mais en janvier on avait un bloc compliqué et on ne s'en est pas sortis comme on voulait  (une victoire et quatre défaites). Même si les résultats ne nous conviennent pas, il y a vraiment du mieux, les joueurs ne lâchent pas et l'enthousiasme à l'entraînement y est toujours. Il faut juste le retranscrire en match. On essaye de s'enlever la pression des résultats. Il nous reste douze matchs et on va essayer de se libérer.

FBR : Dans quel état d'esprit abordez-vous le match contre l'USAP alors ?

BG : On ne veut plus faire de faux pas à domicile. Il faut aussi se dégager encore plus de la pression de bas de classement. Si on perd, bien sûr qu'on se mettra en position difficile. Il ne faut plus qu'on craque dans nos temps faibles où on a pris la mauvaise habitude de concéder trop de points. C'est un match hyper important pour nous.

L'USAP est une équipe qui se bat pour la qualification, ils sont dans les clous et ils sont à leur place. On connaît le caractère de l'équipe et malgré les problèmes extra sportifs, les joueurs répondront présent. Ce sera difficile pour nous.

J'apporte bien sûr mon soutien à Jean-Pierre Perez

FBR : Vous parlez des problèmes extra-sportifs alors quel regard portez-vous sur l'USAP d’aujourd’hui ?

BG : Je suis bien sûr l'actualité de l'USAP. Ca donne  l'impression d'un décalage entre le sportif et le reste. La digestion de la descente en d2 a été faite positivement puisque l'USAP s'est qualifiée et a failli aller en finale. Pour le reste, on a l'impression que c'est compliqué et moins stable mais ce sont des problèmes qui ne datent pas d'aujourd'hui. Cette situation est la conséquence de plusieurs faits, de plusieurs décisions non adaptées faites les années précédentes.

Aujourd’hui, le club doit régler les problèmes et ça passe peut-être en appuyant là où ça fait mal, tout en continuant sportivement à être compétitifs comme c'est le cas à l'heure actuelle. Concernant l'actualité de cette semaine,  j'apporte bien sûr mon soutien à Jean-Pierre Perez qui est un joueur que j'ai côtoyé et que je respecte beaucoup.

Bertrand Guiry sous le maillot de l'USAP
Bertrand Guiry sous le maillot de l'USAP © Maxppp

FBR : N'avez-vous eu jamais de regrets de quitter l'USAP ?

BG : Non, je n'ai aucun regret. J'avais besoin d'un challenge sportif différent. Ca faisait sept ans que j'étais au club et depuis un an ou deux un départ me trottait dans la tête. Et puis il y a eu cette descente après une saison très compliquée où j'ai été blessé pendant six mois. Personnellement et collectivement, ça a été dur. Ca aurait très difficile pour moi de repartir l'année d'après. Je ne regrette absolument pas, j'ai vécu d'autres choses même si ça a été compliqué pour moi. Aujourd'hui, même si je suis en PRO D2 avec Biarritz, je me sens meilleur, mentalement ça m'a forgé et je ne suis qu'à la moitié de ma carrière.

Bertrand Guiry : "Non, je n'ai pas de regrets"

Envie de reporter ce maillot ce maillot de l'USAP un jour ?

Ce n'est pas le genre de pensée qui me traverse l'esprit pour le moment. Mon souci est de bien enchaîner les matchs. On verra comment ça se passe dans les prochaines années, il ne faut pas fermer les possibilités et j'ai beaucoup d'amis sur Perpignan.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu