Sports

Aviron Bayonnais : Capitaine Jean Monribot invité du Club Rugby

Par Thibault Vincent et Lucas Rodriguez, France Bleu Pays Basque lundi 29 août 2016 à 21:48

Jean Monribot le capitaine de l'Aviron Bayonnais
Jean Monribot le capitaine de l'Aviron Bayonnais © Radio France - Thibault Vincent

Revivez et réécoutez la première de la nouvelle émission 100% ovalie de France Bleu Pays Basque. On a beaucoup parlé de l'Aviron Bayonnais avec notre invité, 3e ligne et capitaine des ciels et blancs, Jean Monribot. On a appris à le découvrire. On a également parlé BO avec son ami Laurent Cabarry.

Retrouvez l'intégralité du Club Rugby de Jean Monribot et les nombreux sourires et rires qui ont rythmé l'émission

Réécouter le Club Rugby n°1 avec Jean Monribot, le capitaine de l'Aviron Bayonnais

Des sourires à l'Aviron Bayonnais

L'homme au casque bleu nous a parlé des sourires dans le vestiaire bayonnais après son bon début de saison (victoire contre Toulon, nul face à Castres) qui fait du bien au moral, enlève de la pression, et lève les questions que se posaient les ciels et blancs. Même si le capitaine attend encore plus de son équipe à Jean-Dauger

On ne peut pas se contenter de faire match nul, dire c'est bien. On est des compétiteurs et on sait qu'on a pas le droit à l'erreur, à domicile surtout. C'est un objectif cette année, ne perdre aucun match à domicile. C'est important, c'est un très gros challenge, un très beau défi.

Pour Jean Monribot, ce début de saison de l'Aviron en Top 14 donne le sourire

Le coeur bleu et blanc ne fait pas tout

A froid, Jean Monribot nous a expliqué ce qui avait manqué à l'Aviron pour battre Castres :

On a dépensé énormément d'énergie, on a tapé vraiment dans le rouge (...) dans le coeur, tout le monde en parle beaucoup en ce moment, mais ça ne fait pas tout, il va falloir être beaucoup plus précis sur nos lancements de jeu, sur notre système, savoir quand il faut relancer, quand il ne faut pas et occuper comme il faut au pied, etc....

Jean Monribot capitaine de l'Aviron Bayonnais loue l'état d'esprit, le coeur de son équipe, mais ça ne suffit pas...

Bernie prend du plaisir sur le début de saison de Bayonne

Première surprise de la soirée, l'ancien 3e ligne coéquipier de Jean Monribot à l'Aviron Guillaume Bernad, de retour à Bayonne a donné son regard sur les 2 premiers matchs. Pour lui le nul face à Castres est surtout lié au jus laissé face à Toulon et à l'opposition tarnaise, et il a apprécié l'entame de Top 14 de ses anciens coéquipiers

Cette équipe inspire beaucoup de confiance et d'envie. On sent quand même des joueurs libérés qui ont envie de bien faire, qui ont envie de jouer, même limite des fois peut-être un peu kamikazes mais tout le monde va dans le même sens, donc du coup ils vont dans le rouge mais ils y vont tous ensemble et ça paie, donc qu'ils continuent (...) tout le monde prend plaisir

Le Bayonnais Jean Monribot, et son ex-coéquipier Guillaume Bernad reviennent sur le début de saison des ciels et blancs

Une fin de carrière à Bayonne avant de passer entraîneur ?

Comme Guillaume Bernard, qui a décidé d'arrêter sa carrière professionnelle rugbystique à "l'âge du Christ", sans pour autant raccrocher les crampons (il évolue cette saison à l'ASB en fédérale 3), Jean Monribot (28 ans) commence à penser à sa reconversion

C'est sûr qu'il faut y penser. J'ai resigné à Bayonne pour une durée de 4 ans (juin 2020, ndlr), ça va me permettre de me projeter sur mon avenir, sur mon après carrière, parce que c'est quelques chose je pense qu'il faut aborder assez tôt pour s'y préparer (...) Une carrière de joueur ça dure 12-15 ans si tout se passe bien, mais c'est vrai que ça fait peur (les commotions cérébrales dont il a été victime par le passé), il faut prendre le temps nécessaire pour bien récupérer. J'adore le rugby, c'est vraiment une passion, j'aime avoir des responsabilités, donc peut-être après passer des diplômes pour entrainer, ça me dirait bien (...) Je fais aussi un peu d'immobilier, je ne reste pas à la maison à jouer à la playstation

A 28 ans, et même si il lui reste plusieurs années à jouer, Jean Monribot commence à penser à sa reconversion

Laurent Cabarry : la première victoire du BO fait du bien

Jean Monribot a également évoqué ses projets très avancés sur Agen avec Laurent Cabarry, son ancien coéquipier au SUA. Le pilier aujourd'hui chez le voisin biarrot, était notre 2e surprise de la soirée. Avec lui on a évidemment évoqué le début de saison réussie du BO (victoire 25-6 contre Narbonne) :

On est très heureux de cette première victoire, ça fait du bien, on craignait énormément, on avait peur de commencer comme la saison dernière (6 défaites d'affilée, ndlr), donc on avait tout axé, tout au long de la préparation, pour vraiment être prêts pour ce premier match et absolument gagner pour bien lancer notre saison. C'est chose faite. Beaucoup de déchets quand même, d'approximation, mais y a la victoire donc on va travailler plus sereinement.(..) On a franchit une première petite marche, il en reste beaucoup d'autres, on va pas faire de bruit, rester dans notre petit coin.

Le pilier Laurent Cabarry soulagé par l'entame réussie du BO

Jean Monribot, capitaine par l'exemple, calme et nature

L'ancien capitaine précoce d'Agen, à seulement 19 ans en Pro D2, a retrouvé le brassard depuis la saison dernière à Bayonne avec l'arrivée de Vincent Etcheto comme entraineur en chef. Un capitaine qui fait l'unanimité, écouté par son vestiaire, n'élevant que rarement la voix et surtout qui tient à rester lui- même sur et en dehors du terrain :

La première des choses c'est montrer l'exemple sur le terrain, on est pas crédible si on ne le fait pas. Après il faut prendre du recul, par rapport à son jeu, il faut ouvrir les capteurs et analyser vite les situations, être à l'écoute ça pour moi c'est très important, et laisser les initiatives aussi aux joueurs. Après y a le capitaine sur le terrain et en dehors aussi, il faut être à l'écoute des joueurs. (...) Je suis quelqu'un de calme, de poser,  il ne faut pas changer son comportement parce qu'on a des responsabilités, je pense qu'il faut rester tel que l'on est.

Jean Monribot donne sa vision de son rôle de capitaine de l'Aviron Bayonnais

Partager sur :