Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Biarritz Olympique - EXCLUSIF : "On ne sait pas où on va, on n'est pas respecté", Gonzalo Quesada

samedi 7 avril 2018 à 14:37 Par Amaia Cazenave, France Bleu Pays Basque

Habituellement, même après les défaites, Gonzalo Quesada est positif. Il est de ceux qui voient toujours le verre à moitié plein. Mais vendredi, après le revers à Massy, le manager est sorti de sa réserve. Lui, son staff et ses joueurs sont usés, épuisés, alors qu'il reste une saison à terminer.

Gonzalo Quesada souhaite que le BO retrouve de la stabilité et de la sérénité au plus vite.
Gonzalo Quesada souhaite que le BO retrouve de la stabilité et de la sérénité au plus vite. © Maxppp - Emilie Drouinaud

Massy, France

Battu par Massy, ce vendredi soir (31-24), lors de la 29° journée de Pro D2, le BO a perdu tout espoir de disputer un barrage à domicile. Les Basques ont tout de même atteint leur objectif initial, terminer dans le Top 6. Mais comment se mobiliser sur le pré, rendre une fin de saison excitante, palpitante, quand le club se déchire dans des luttes de pouvoirs fratricides et qu’il reste un million et demi d’euros à trouver avant le passage devant la DNACG ? 

Gonzalo Quesada, toujours bienveillant et positif, a perdu de son optimisme vendredi soir, après la rencontre face à Massy, « je n’ai jamais vécu ça, on n’est pas respecté », déplore le manager argentin, touché par la crise que traverse actuellement son club. Interview exclusive au micro de France Bleu Pays Basque.

France Bleu Pays Basque : À l’extérieur, cette saison, le BO n’y arrive pas. Comment expliquez-vous cette nouvelle déconvenue loin d’Aguiléra ? Le contexte, particulièrement lourd cette semaine a t-il pesé sur la préparation du match ?

Gonzalo Quesada : On va pas tout mettre sur ça, mais il ne faut pas oublier que lundi on a passé deux heures en réunion à voir si on venait jouer ce match. La veille, dimanche, j’ai passé trois heures avec le staff pour savoir s’ils se sentaient capables de bosser dans ces conditions : j’ai pris l'engagement de le faire et heureusement le staff a suivi. Ensuite les joueurs: donc on a passé lundi, mardi à faire des réunions entre nous, réunion aussi avec le nouveau président, mercredi autre réunion avec les actionnaires. Ce n’est pas une excuse mais ça explique vraiment une partie de nos problèmes parce que les joueurs ont vraiment du mal à avoir la tête à l’endroit toute la semaine et surtout pendant les matches. Là, il n’y a plus le choix, il faut trouver des solutions parce qu’on sait que si on ne veut pas s’arrêter en barrages il faudra gagner à l’extérieur. L’objectif qui était le nôtre: être dans les six premiers, est aujourd’hui réussi, j’aurais aimé le savourer quand on voit comment c’est dur mais on reste déçus de notre première mi-temps et de se qualifier comme ça.

"Les joueurs ont du mal à avoir la tête à l'endroit toute la semaine"

Est-ce que ça ne relève pas du miracle que le BO soit toujours debout ? Que les joueurs n’aient pas démissionné sur le terrain ?

Je ne suis jamais trop négatif, ni destructif, j’essaie d’être toujours constructif. Mais si je ne vais pas beaucoup plus loin dans l’analyse de notre performance aujourd’hui c’est parce que nous sommes dans une situation que je n’ai jamais vécue. Les joueurs sous contrat sont beaucoup plus inquiets que les joueurs en fin de contrat. C’est beaucoup plus d’incertitude pour ceux qui vont rester que pour ceux qui vont partir. Il y a une vraie absence. Il y a de l’honnêteté de la part des nouveaux dirigeants : le nouveau président est venu nous dire qu’on pouvait compter sur lui, l’actionnaire principal pareil, pour l’instant on va leur faire confiance, mais la réalité c’est qu’on ne sait pas où on va. Quand on vient te rassurer en te disant « les salaires de ce mois seront payés » et que tu attends pour savoir le projet, l’avenir, etc... ça relève du miracle qu’on soit toujours là! Parce que ça ne date pas d'il y a un mois, cela fait maintenant plus d’une moitié de saison qu’on est dans l’incertitude et du coup c’est vraiment compliqué.  

"On ne sait pas où on va"

Est-ce que le BO peut encore s’offrir une belle fin de saison ?

J’aime bien les challenges dans l’adversité, après il y a des limites. Si rien ne change c’est une utopie de penser qu’au-delà des vrais liens qu’il y a entre les joueurs, au-delà de l’honnêteté, de l’engagement dans la préparation on va y arriver. Aujourd’hui ce que j’ai dit aux joueurs c’est que tous les sacrifices que l’on a fait, tout l’investissement qui est mis par le staff et les joueurs depuis le mois de juin, eh bien, ça n'est pas respecté par le club. Cela peut nous donner des ressources, jouer pour l’honneur mais à un moment donné l’énergie peut manquer aussi.

Dernier match de la saison régulière le 15 avril

Le Biarritz Olympique jouera son dernier match de la phase régulière le dimanche 15 avril à 14h30 à Aguiléra face à Montauban (à vivre en direct en direct et en intégralité dès 14h sur France Bleu Pays Basque). Les Haut-Garonnais pourraient chiper la place de leader à Perpignan en cas de victoire ce dimanche après-midi à Dax.

Les barrages de ce championnat de Pro D2 se joueront le week-end des 20-22 avril. Le BO affrontera Grenoble ou Mont-de-Marsan. Les Isérois sont pour l’instant 3èmes, les Landais 4èmes. Lors de la 30° et dernière journée de championnat, Mont-de-Marsan se déplacera à Aurillac, et Grenoble jouera à Angoulême.