Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Top 14 : résultats, classement et calendrier

Après une coupure, Brive reprend à Vannes... mais comment le CAB gère-t-il le rythme de Pro D2 ?

-
Par , France Bleu Limousin

Après quatre matchs joués puis un week-end de coupure, le CA Brive retrouve la Pro D2 ce jeudi soir à Vannes et débute une nouvelle série de quatre rencontres avant une nouvelle pause. Que penser de ce rythme du championnat et comment l'appréhender ? On a posé la question aux acteurs brivistes.

Après un match nul à Biarritz pour son dernier déplacement, le CA Brive de Galala et Giorgadze vise sa première victoire de la saison à l'extérieur à Vannes ce jeudi
Après un match nul à Biarritz pour son dernier déplacement, le CA Brive de Galala et Giorgadze vise sa première victoire de la saison à l'extérieur à Vannes ce jeudi © Maxppp - Nicolas Mollo

Le CA Brive va découvrir un nouvel horizon, ce jeudi. Pour la première fois de sa grande Histoire, le CAB affronte Vannes, dans le Morbihan, pour la 5e journée de Pro D2. Considérations de nouveauté, et de culture inédite à appréhender mises à part, cette rencontre intervient après une série de quatre matchs joués suivis d'un week-end de coupure. A l'issue de ce premier bloc, Brive pointe à la 6e place ex aequo du classement avec 10 points quand Vannes est 13e avec 7 unités. Ce voyage en Bretagne lance un nouveau cycle de quatre oppositions avant un nouveau break d'une semaine, et ce rythme sera le même à peu près toute la saison. Nous avons donc cherché à savoir ce que cela change pour les Brivistes par rapport aux séries de plus de dix matchs des années précédentes quand le CAB enchaînait Top 14 et coupe d'Europe. "C'est un certain confort" commente de façon générale Jean-Baptiste Péjoine, l'entraîneur des lignes arrières. "Ce rythme est unique" embraye Tristan Sharp, manager de la performance, qui a épluché les calendriers des autres championnats de rugby, "car en Top 14, en Pro 14, en Premiership ou en Super Rugby, c'est un match par semaine pendant onze ou douze semaines."

Fixer des objectifs à court terme

Ces petits sprints de quatre matchs suivis d'une coupure, au milieu d'un marathon de trente rencontres de championnat, permettent d'abord de déterminer des ambitions comptables. "En interne, on peut déjà donner des objectifs de points" explique Jean-Baptiste Péjoine, qui ne s'étend pas précisément sur la mission assignée aux troupes brivistes pour ce deuxième bloc. Mais il n'est pas difficile de comprendre que les ambitions sont élevées car, après ce voyage à Vannes, le CAB jouera deux fois d'affilée au Stadium contre Aurillac puis Soyaux-Angoulême avant d'aller à Massy, des équipes a priori plus modestes. "On rentre dans ce deuxième bloc avec pour objectif de grappiller des places" continue l'entraîneur des lignes arrières, "pour qu'on soit mieux placé au classement à la fin des quatre prochains matchs. Aussi parce que Mont-de-Marsan a mis un rythme important en haut et qu'il va falloir les suivre."

Installer des joueurs... puis en voir d'autres

Ces cycles restreints permettent aussi de solliciter des joueurs pour plusieurs rencontres d'affilée avant de les faire souffler quand le week-end sans match s'annonce, puis d'en faire jouer d'autres pour le cycle suivant. "On a pu prendre comme exemple un club de Pro D2 l'an passé [Montauban] dont l'équipe n'a pas trop tourné dans la saison, et qui a perdu sa demi-finale à domicile" détaille J-B Péjoine, "alors que Perpignan a utilisé 46 joueurs tout au long du championnat et a survolé les phases finales" pour s'offrir la montée en Top 14. "Donc on essaye de se servir de toutes les infos qu'on peut avoir pour essayer, aussi, d'impliquer tout le monde. Parce que, au quotidien, ça travaille bien. Et vu que ça travaille bien, il faut impliquer tous les joueurs." D'autant que des problématique d'intégration des nouveaux joueurs et de nouveaux systèmes de jeu se posent pour ce CAB en reconstruction. "On essaye de mixer entre expérience et jeunesse, et entre anciens au club et nouveaux au club. On a réussi à le faire sur le premier bloc en restant dans les clous au niveau comptable, c'est ce qu'on va essayer de faire sur le second bloc." Ce cycle qui débute à Vannes sera par exemple l'occasion de voir des recrues pour la première fois en match officiel comme le talonneur Loick Jammes, titulaire, ou le 3e ligne Mathieu Voisin, remplaçant. A noter aussi la première feuille de match de la saison pour le demi de mêlée géorgien Vasil Lobzhanidze qui formera une charnière internationale avec l'irlandais Stuart Olding, aligné pour la troisième fois consécutive à l'ouverture. "Petit à petit, un groupe se détachera. Et on espère que ce sera avec un maximum de joueurs" conclut Jean-Baptiste Péjoine.

Eviter une fatigue générale... mais rester actif

Ce rythme offre aussi la possibilité, en adoptant le management exposé plus haut, de moins exposer les joueurs à d'éventuelles blessures musculaires ou une fatigue générale dues à la répétition des rencontres sur la durée. En cela, le week-end sans match est aussi positif. "C'est un peu plus facile parce que ça donne du temps pour la récupération et pour préparer le cycle suivant" précise Tristan Sharp. "Mais on ne passe une semaine à récupérer. Il faut qu'on suive les blessés, qu'on analyse la charge de travail de chaque joueur sur les derniers matchs pour privilégier soit le physique, la musculation, la mobilité ou la vitesse, etc. Chaque joueur est différent et il y a des objectifs à long terme pour chacun. Mais, globalement, _il ne faut pas que les joueurs s'arrêtent trop longtemps car le corps se relâche_. Et le corps aime avoir un rythme constant" précise le manager de la performance. "Même quand les joueurs sont en repos, il faut faire du yoga, nager ou faire quelque chose pour faire bouger le corps. Sinon, il est difficile de se remettre à haute intensité tout de suite" avance Tristan Sharp. Mais, cette coupure d'un week-end sans match est aussi bonne à prendre pour l'esprit. "Après quatre matchs sous pression, les joueurs peuvent lâcher dans la tête" précise J-B Péjoine. "On sait que, mentalement, le championnat est très long, et c'est aussi grâce à ça qu'on pourra atteindre notre objectif."

Le rythme entre les matchs pose problème

Si le rythme proposé cette saison a plutôt les faveurs du staff briviste, ce calendrier a aussi... des travers. En cause ? La programmation des matchs le jeudi, le vendredi ou le dimanche. C'est ainsi qu'il est possible de rester cinq, six ou dix jours sans jouer entre deux matchs. Le CAB a connu cela en jouant jeudi 30 août à Biarritz puis en recevant Béziers dimanche 9 septembre. "C'est très compliqué de mettre en place des plannings cohérents" pose Jean-Baptiste Péjoine, "par exemple nous avons fini dimanche 9 contre Béziers et nous reprenons ce jeudi 20 septembre à Vannes. Il est difficile de s'accommoder de ces chaises musicales." Alors, Tristan Sharp s'est cette fois penché sur les calendriers des championnats de foot avec la répétition des matchs entre championnat, coupes nationales et coupes d'Europe. "J'ai regardé combien de temps les équipes s'entraînent entre les matchs, quand il faut privilégier la récupération ou non. Puis, je fais la balance entre tout ça. C'est un équilibre difficile à trouver" sourit le manager de la performance.

Des sprints... pour un marathon

Ces différents sprints d'ici la fin de la saison régulière (4 matchs puis repos, 4 matchs puis repos, 4 matchs puis repos, 4 matchs puis repos, 3 matchs puis repos, 4 matchs puis repos, 5 matchs puis repos, et 2 matchs puis repos) constituent finalement un marathon pour Brive dont la première ambition est de figurer parmi les six premiers pour disputer les phases finales. "Il ne faut pas louper les sprints mais, au final, c'est quand même la ligne du marathon qui comptera à la fin" conclut Jean-Baptiste Péjoine avant ce match du CAB à Vannes qui sera à suivre ce jeudi soir à 20h45 en intégralité sur France Bleu Limousin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess