Rugby

Budget non maîtrisé : le CSBJ pénalisé de 8 points

Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère lundi 26 décembre 2016 à 18:11

Le CSBJ est en plein trêve, mais la reprise pourrait s'avérer difficile si la sanction est confirmée.
Le CSBJ est en plein trêve, mais la reprise pourrait s'avérer difficile si la sanction est confirmée. © Radio France

L'instance financière du rugby français, le DNACG, a infligé au club de rugby de Bourgoin-Jallieu huit points de pénalité ce lundi, pour budget non-maîtrisé. Un coup dur pour les Ciel et Grenat, déjà derniers du championnat. Le club a 10 jours pour faire appel.

Ça ressemble beaucoup plus à une punition du Père Fouettard qu'à un cadeau du Père Noël pour le CSBJ. Le club de rugby de Bourgoin-Jallieu a été pénalisé par la Direction nationale d'aide et de contrôle de gestion (DNACG), l'instance financière du ballon ovale. Pour un budget mal maîtrisé, l'équipe Nord-Iséroise, se voit retirer 8 points au classement de pro D2.

10 jours pour faire appel

Dans le détail, la DNACG retire cinq points au CSBJ pour "non-respect des engagements pris à l'égard de la DNACG au titre de son budget 2016/2017", un point pour "incohérence entre le budget actualisé de la saison 2015/2016 (...) et les comptes définitifs", et deux points par révocation de sursis pour une précédente sanction portant sur la saison 2014/2015.

Le club a 10 jours pour faire appel, précise la Ligue Nationale de Rugby dans un communiqué. Si celui-ci n'aboutit pas, la sanction condamne quasiment le CSBJ à une relégation en Fédérale 1. Car Bourgoin est déjà au plus mal en championnat, avec 9 points de retard sur Albi, le premier non-relégable. Après une descente administrative évitée de justesse cet été cela serait surtout un gros coup au moral du président, des supporters, et des joueurs.

Un sauvetage de justesse l'été dernier

L'été dernier, il avait fallu attendre jusqu'au 11 juillet pour que le club berjallien soit sûr de son maintien. Il manquait un million d'euros dans les caisses. Tout le monde avait fait un effort pour sauver le CSBJ. Les joueurs avaient renoncé à leur "plan épargne entreprise" (300 000 euros), le président Pierre-André Hafner avait garanti une augmentation de capital (400 000 euros), la région avait mis la main au portefeuille (100 000 euros), et les Ciel et Grenat avaient pu sauver leur peau.

Pas suffisant pour la DNACG. Pierre-André Hafner ne s'est pas encore exprimé. Pour Richard Mc Clintock, "ce n'est pas un beau cadeau de Noël", mais "c'est aux dirigeants de régler ça", lui "attend l'appel" pour se prononcer et se concentre sur l'aspect sportif.