Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Challenge Cup - UBB : revoilà Radradra !

-
Par , France Bleu Gironde

Qualifiée pour sa première demi-finale européenne, l'Union Bordeaux-Bègles retrouvera vendredi prochain à Bristol la star fidjienne qui l'a portée offensivement la saison dernière. Elle connaît le danger par coeur.

Après avoir grandement contribué à la qualification de l'UBB pour les quarts de finale, Semi Radradra sera son adversaire en demie.
Après avoir grandement contribué à la qualification de l'UBB pour les quarts de finale, Semi Radradra sera son adversaire en demie. © Radio France - Justine Hamon

Avant le quart de finale face à Edimbourg, Semi Radradra, comme les autres joueurs partis cet été, a envoyé un petit message vidéo d'encouragement à ses anciens coéquipiers. Tout sauf un geste de politesse.

Car sous ses airs parfois détachés, le phénomène fidjien est un affectif et il se sentait bien à Bordeaux. Ses quatre derniers mois sous le maillot de l'UBB (sept essais en treize matches) ont été stratosphériques mais il avait déjà choisi depuis fin novembre de poursuivre sa carrière à Bristol avec des conditions financières sur lesquelles le président Laurent Marti n'a pas pu et pas voulu s'aligner.  

S'il va pisser, on va pisser avec lui — Christophe Urios

"Semi est super bien parti. D'abord il n'avait pas envie de partir. Il a expliqué son choix que tout le monde a compris. C'est le premier joueur qui en partant vient me dire au revoir et me fait en plus un cadeau. Ce qui fait bizarre c'est d'avoir démarré une compétition avec nous et finalement on le retrouve contre nous alors que c'est toujours la même compétition."

Le changement de pays, de club et de maillot ne lui a pas posé de problèmes. A Bristol, depuis un mois, Radradra fait du Radradra. Et ça déménage. "C'est un joueur qui a tout, avoue le capitaine Jefferson Poirot, si on lui laisse de l'espace, si on ne monte pas dessus, ça va être compliqué de le neutraliser."

Semi Radradra, ici face à Northampton, a vite trouvé sa place dans la ligne d'attaque de Bristol.
Semi Radradra, ici face à Northampton, a vite trouvé sa place dans la ligne d'attaque de Bristol. © Maxppp - Maxppp

Alors comment l'arrêter ? Une équation a priori insoluble sur laquelle Christophe Urios et ses joueurs vont devoir pourtant plancher. "Je suis un peu comme Guy Roux. défense individuelle. S'il va pisser, on va pisser avec lui. Il ne faut pas le lâcher, pas une seule seconde. Avec rien, il peut faire plein de choses, il devient tout simplement inarrêtable. Mais on ne joue pas Radradra, on joue Bristol."

Et le manageur de rappeler dans un sourire qu'en avril 2019 avec Castres, il avait réussi à museler celui qui est aujourd'hui l'un des meilleurs attaquants de la planète rugby. 

A LIRE AUSSI : l'UBB dompte Edimbourg (23-14) et s'offre une demi-finale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess