Rugby

Champions Cup : le Stade Français au révélateur du Munster

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris Région vendredi 8 janvier 2016 à 19:14 Mis à jour le samedi 9 janvier 2016 à 10:03

Le Stade Français prêt à défier le Munster
Le Stade Français prêt à défier le Munster - ©stade.fr/photo Stéphane Hamel

Encore un match décisif pour le Stade Français Paris. Cette fois-ci, c'est la Coupe d'Europe et la qualification pour les quarts de finale qui est en jeu. Les Parisiens, deuxièmes de leur poule, ont encore toutes leurs chances, à condition de l'emporter contre le Munster ce samedi.

Le Stade Français, pas au mieux en championnat, s'accroche à ses rêves européens. Encore en lice pour une qualification pour les quarts de finale de la Champions Cup, les Parisiens doivent toutefois s'imposer ce samedi, en match en retard face au Munster, pour y croire encore. Problème : Paris est depuis le début de la saison un peu sur courant alternatif. Une seule fois, cette saison, les hommes de Gonzalo Quesada ont réussi à enchaîner deux succès cette saison : c'était en Coupe d'Europe, face à Trévise. Là, ils affrontent un adversaire tout de même d'un tout autre calibre avec les Irlandais du Munster, champion d'Europe en 2006 et en 2008.> "Aujourd'hui, on est acteur, on fera tout pour gagner ce match"

Mais renoncer, sacrifier la compétition européenne sous prétexte que Paris n'est pas au mieux en championnat, ce n'est pas vraiment le discours de la maison. Des dirigeants aux joueurs, en passant par le staff, tous vous le disent, le regard gourmand, hors de question de laisser tomber la Champions Cup. "On a tellement attendu ce moment, on fera tout pour continuer l'aventure, on fera tout pour gagner ce match" répète ainsi le capitaine Sergio Parisse, ajoutant immédiatement "on a encore toutes nos chances de se qualifier même si on est conscient que cette équipe du Munster, après avoir battu ses deux confrontations contre Leicester, viendra avec l'ambition de gagner chez nous". 

Sergio Parisse, capitaine déterminé en Coupe d'Europe

"Content de rejouer, oui, ça fait plaisir"

Autre souci de taille pour le Stade Français : une liste de blessés qui s'allonge avec Pascal Papé, Djibril Camara ou encore Jérémy Sinzelle qui ont rejoint les Burban, Lakafia, Bonfils et autre Doumayrou. Après, Gonzalo Quesada pourra compter sur l'euphorie des jeunes comme Pascal Gabrillagues ou Sekou Macalou mais aussi celle des anciens. Julien Arias fait enfin son retour sur les terrains et à 32 ans, l'expérioence de  l'ailier qui a déjà connu le parfum des finales européennes, pourrait s'avérer précieux. Son expérience mais aussi son enthousiasme car c'est avec un large sourire qu'il s'est présenté à la presse jeudi, en conférence. "Content de rejouer, oui. Pour un match aussi prestigieux en plus. On est très heureux d'être là, très heureux de pouvoir jouer une équipe comme le Munster. On sait que cela va être difficile mais on a envie de progresser. On va voir un peu ce qu'on a dans le ventre".

Julien Arias tout sourire à l'idée de se confronter au Munster

"J'en ai marre d'entendre dire que Gonzalo est trop gentil. C'est un entraîneur moderne!"

Des joueurs sur lesquels l'entraîneur parisien ne souhaite toujours pas mettre la pression. Pas question de changer de méthode. Au contraire, quand vous l'interrogez sur l'obligation de résultat encore ce samedi, il vous répond "plaisir et jeu à retrouver". "On accumule beaucoup de tension en ce moment. Ce qu"on a essayé de faire cette semaine, c'est de se libérer un peu de cette tension. J'espère qu'on verra ce qu'ils ont des pattes et dans les sourires. Qu'on retrouve le plaisir qui est le coeur de notre système."

Retrouver le plaisir, le jeu pour Gonzalo Quesada

Et ne dites surtout pas à Pierre Arnald, le Directeur général délégué du Stade Français, que ce n'est pas la bonne méthode. Invité de Stade Français & Co ce jeudi, sur France Bleu 107.1, le dirigeant a déclaré en avoir "marre d'entendre dire que Gonzalo était trop gentil. Le dire, c'est ne pas le connaître. Il est plutôt de mode asiatique. Gonzalo n'est pas gentil, il est plutôt dans le contournement. Gonzalo, c'est un entraîneur moderne qui est sur la durée, la psychologie, qui essaie de comprendre ses joueurs, de comprendre son groupe. Donc les simplistes vont dire il est gentil, non, il n'est pas gentil, il a sa méthode, il est dans l'analyse et dans la psychologie".

Pierre Arnald répond aux critiques sur son entraîneur Gonzalo Quesada

Stade Français / Munster, match en retard de la 2e journée de Champions Cup, c'est ce samedi, à 17h45, à Jean-Bouin et en direct sur France Bleu 107.1.

Les compositions d'équipe :

Stade Français: Sakaria Taulafo-Laurent Sempéré-Paul Alo-Emile; Hugh Pyle-Paul Gabrillagues; Sekou Macalou-Sylvain Nicolas-Sergio Parisse (CAP); Julien Dupuy-Morne Steyn; Josaia Raisuqe-Paul Williams-Waisea-Julien Arias; Hugo Bonneval. Remplaçants : Laurent Panis, Heinke van der Merwe, Rabah Slimani, Gerhard Mostert, Jono Ross, JulienTomas, Jules Plisson et Jonathan Danty.

Munster : Dave Kilcoyne-Mike Sherry-BJ Botha; Dave Foley-Mark Chisholm-Robin Copeland-Tommy O'Donnell-CJ Stander (CAP); Conor Murray-Ian Keatley; Simon Zebo-Rory Scanell-Francis Saili-Keith Earls; Andrew Conway. Remplaçants : Niall Scannel, John Ryan, Mario Sagario, Billy Holland, Jack O'Donoghue, Tomas O'Leary, Denis Hurley et Ronan O'Mahony.