Rugby

Champions Cup : le Stade Français en quarts de finale, cela vaut bien un maillot!

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris Région dimanche 24 janvier 2016 à 17:26 Mis à jour le lundi 25 janvier 2016 à 13:33

Geoffrey Doumayrou, auteur du 5e essai parisien
Geoffrey Doumayrou, auteur du 5e essai parisien © Maxppp

Certains parlaient de mission impossible mais contrat rempli pour le Stade Français Paris. Vainqueurs de Leicester, ce dimanche, à Jean-Bouin, 36 à 21, les Parisiens sont qualifiés pour les quarts de finale de la Champions Cup. Ils iront en Angleterre...à Leicester, en avril prochain.

Six ans qu'ils en rêvaient, qu'ils attendaient cela. Les Parisiens du Stade Français joueront les quarts de finale de la Champions Cup. Vainqueurs de Leicester, 36 à 21, 5 essais à 3, ce dimanche, à Jean-Bouin, les Parisiens ont donc réussi à déjouer tous les pronostics lors de l'ultime journée des phases de poule pour finir parmi les meilleurs deuxièmes et ce n'est pas rien, demandez aux grands Clermontois et Toulousain, déjà passés à la trappe. Ironie de l'histoire, on assistera en avril à la belle entre Leicester et le Stade Français : le quart de finale aura lieu en Angleterre.

Ils gardent les maillots!

Signe en tout cas que ce dimanche 24 janvier 2016 n'était vraiment pas un jour comme les autres, on apprend via cette vidéo du Stade Français Paris, tournée dans les vestiaires juste après la victoire, que les joueurs ont pu garder les maillots du match, le maillot de la qualification. Un fait très rare pour le club parisien.

Un début de match à faire peur

Paris l'a fait et pourtant, il faut bien avouer que durant les vingt premières minutes, on l'en a cru incapable, dominé et privé de ballon par une équipe sérieuse de Leicester. Les Anglais ont même mené 7-0 après un essai de Manu Tuilagi. Puis, acculé, le Stade Français a fini par redresser la tête et Paris s'est remis à jouer. Plutôt bien en plus avec des jambes retrouvées pour Waisea, de l'inspiration pour Jules Plisson, une gnaque toujours déterminante pour Raphael Lakafia et une intelligence du jeu pour Julien Dupuy, pour ne citer qu'eux. Résultat : trois essais à la pause signés Jules Plisson, Waisea et Rabah Slimani. Suivront en seconde période les essais de Raphael Lakafia et Geoffrey Doumayrou. "C'est une petite récompense personnelle, cela faisait deux ans que je n'avais pas marqué" confiera le demi d'ouverture parisien, ajoutant tout de suite "si vous dites que j'ai été bon, c'est grâce à l'équipe, c'est que l'équipe m'a mis dans de bonnes conditions. Après, si on compare mes performances d'aujourd'hui avec celles du début de saison, forcément, je suis plus heureux."

Jules Plisson, auteur du 1er essai parisien à la 24'

"Beaucoup d'émotion, une énorme fierté. Perso, je suis très ému"

De la joie, il y en avait aussi du côté du capitaine du Stade Français, Sergio Parisse. De la joie contenue (un peu, sans vouloir faire de mauvais parallèle, comme en championnat la saison dernière après la qualification pour les phases finales, puis les demies, puis la finale). "Enorme fierté perso et je pense pour toute l'équipe. Je suis vraiment ravi mais j'espère que ce ne sera qu'une étape. Gagner avec le bonus contre Leicester, ce n'est pas tous les jours, donc il faut être satisfait de notre performance. Maintenant, il faudra continuer. Bien évidemment, en quart de finale, cela va être une autre histoire" réagit ainsi Sergio Parisse.

Sergio Parisse ému par cette qualification en quarts au micro FB 107.1

Et Jules Plisson de rappeler que c'était l'un des objectifs fixés par le club en fin de saison de dernière : "C'est le soulagement, une récompense d'un travail de tous les jours de presque trois ans aujourd'hui, avec ce même staff, ces mêmes joueurs. On a des difficultés en championnat mais en Coupe d'Europe, on arrive à se sublimer et à jouer sans pression".

La satisfaction de Jules Plisson au micro FB 107.1

"C'est au moins le 3e ou 4e tournant de la saison. On va arrêter tourner car comme on le fait à 180°..."

Quant à savoir si ce match, cette victoire, cette qualification pour les quarts de finale de la Champions Cup, représente un tournant dans la saison des Parisiens, l'entraîneur Gonzalo Quesada préfère éluder, vacciné par les soit-disant tournants déjà opérés cette saison comme après Clermont ou le Munster, il y a quinze jours. "C'est une grande satisfaction et bravo aux joueurs surtout car quand on voit l'équipe alignée par Leicester" préfère souligner le coach argentin, "on a réussi le premier mini-objectif de la saison. On a quelques mois maintenant pour se préparer. (...) Un petit quart de finale en Coupe d'Europe, en toute humilité, même tout champion de France que l'on est,  pour nous, pour ce Stade Français et son histoire récente, c'est pas mal et on se donne le droit de rêver encore."

"Le droit de rêver encore" par Gonzalo Quesada, au micro FB 107.1

Et le Stade Français a pris date pour les quarts de finale, le week-end du 7-8 avril, et jouera crânement sa chance face...à Leicester, pour la belle. Une rencontre qui s'annonce d'ores et déjà très chaude, l'entraîneur anglais, qui n'a pas donc le légendaire fair-play britannique visiblement, ayant porté réclamation contre plusieurs Parisiens : "Marcos Ayerza et Dan Cole ont des marques autour des yeux. Il y a eu des contacts dans la zone des yeux de ces deux joueurs, le commissaire à la citation est au courant de ces incidents" a déclaré Richard Cockerill à l'issue de la partie, comme le rapporte l'AFP.On devrait savoir ce lundi, dans le courant de la journée, si l'EPCR retient les citations.

Julien Dupuy out

Les mauvaises nouvelles du week-end. Le demi de mêlée Julien Dupuy, sorti peu après le début de la seconde période, souffre d'une profonde entaille à la main et va devoir subir une intervention chirurgicale. Soucis en vue pour Paris qui pourrait aussi avoir perdu pour toute la saison Will Genia. Arrivé blessé de la Coupe du monde, l'international australien n'en finit plus de multiplier les infiltrations au genou et pourrait devoir mettre un terme à sa sa saison. 

Prochain match : Toulon/Stade Français, dimanche 31 janvier, à 16h15, à Nice. Ce sera à vivre en direct et en intégralité sur France Bleu 107.1.

Partager sur :