Rugby

Champions Cup : le Racing aux portes des quarts, le Stade Français et Toulon gardent espoir, Clermont reprend la main

Par Germain Arrigoni, France Bleu vendredi 8 janvier 2016 à 4:00 Mis à jour le dimanche 10 janvier 2016 à 18:16

Dan Carter, l'ouvreur du Racing 92
Dan Carter, l'ouvreur du Racing 92 © Maxppp

Le Racing 92 a mis un pied en quarts de finale de la Champions Cup samedi en dominant Glasgow en match en retard. Vainqueur du Munster, le Stade Français est toujours en course à la qualification. Tout comme Toulon qui a dominé Bath. Clermont s'est imposé à Bordeaux pour reprendre les rênes.

Programme et résultats 

Vendredi 8 janvier

Bordeaux-Bègles 10 - 28 Clermont

Samedi 9 janvier

Racing 92 34 - 10 Glasgow 

Stade Francais 27 - 7 Munster

Dimanche 10 janvier

Oyonnax 23 - 24 Ulster

Toulon 12 - 9 Bath

La bonne opération de Clermont à Bordeaux

Poule 2. Clermont, en mode continental, a réalisé une belle affaire en s'imposant sur le terrain de Bordeaux-Bègles (28-10), vendredi soir, lors du match en retard parfois électrique de la 1re journée de Coupe d'Europe de rugby.

Plus puissante, plus expérimentée que son hôte, l'ASM reprend la main dans cette poule 2 qui n'avait jusqu'alors pas connu de succès à l'extérieur. Le voyage aurait pu être parfait pour les coéquipiers de Morgan Parra, si un bonus offensif était venu se greffer à leur prestation face à un adversaire courageux qui a joué à 14 pendant une demi-heure à la suite d'un coup de tête de Ledevedec sur Jedrasiak dans un accrochage de géants (51).

Avec 14 points au compteur, ils ont désormais toutes les cartes en main -voyage aux Ospreys, puis réception de l'UBB éliminée- pour atteindre les quarts de finale et rêver d'une troisième finale, près de chez eux, au Stade des Lumières de Lyon.   

Le Racing aux portes des quarts

Poule 3. Large vainqueur de Glasgow (34-10) samedi à Colombes en match en retard, le Racing 92 a un pied posé en quarts de finale de Coupe d'Europe, à condition de valider tout à fait son billet dimanche prochain. Un an après avoir cruellement échoué à ce stade de la compétition face aux Saracens (18-17). Avec 7 points d'avance sur leur dauphin Northampton et seulement deux matches encore à jouer dans leur poule 3, les Franciliens auront une chance de composter leur ticket face aux Scarlets dimanche à Colombes.

A 13-3 à la pause, les Racingmen n'avaient pas tellement de motif d'inquiétude contre des Écossais assez limités et bien contenus en défense. Mais encore était-il nécessaire de sceller le sort de la rencontre. Chose faite en dix minutes impeccablement maîtrisées, ponctuées par des essais en force du talonneur Dimitri Szarzewski (44) et du pilier Eddy Ben Arous (51). L'ouvreur vedette Dan Carter, impeccable face aux poteaux (5/5, 12 pts), sortait dès la 57e minute pour se préserver, laissant à ses partenaires la charge d'aller glaner le point de bonus offensif. 

Le Stade Français et Toulon toujours en course

Poule 4. Le Stade Français a avivé ses espoirs de qualification pour les quarts de finale de Coupe d'Europe en l'emportant samedi à Jean-Bouin face au Munster (27-7). Réduit à 14 tout le second acte après le carton rouge à son ailier fidjien Josaia Raisuqe, le Stade Français s'est accroché avec vaillance à ce succès qui pourrait être fondateur au coeur d'une saison jusque-là décevante. Cette victoire en match en retard de la 2e journée permet aux Parisiens (14 pts) de revenir à quatre longueurs du leader Leicester (18 pts) alors qu'il reste encore deux journées.

Le plus dur ne fait cependant que commencer pour les hommes de Gonzalo Quesada qui, pour leur retour dans la compétition après six ans d'absence, devront aller chercher un hypothétique quart de finale à Limerick face à un Munster revanchard même si éliminé samedi prochain, avant de recevoir les Tigers le 24 janvier. 


Poule 5. Sueurs froides à MAyol. Toulon s'en est remis à une pénalité en fin de match de Frédéric Michalak pour forcer la décision face à Bath (12-9) et conserver intactes ses chances de qualification pour les quarts. Le triple tenant du titre, qui apparaît moins dominateur cette saison, compte 12 points, à deux longueurs des Wasps qu'il recevra dimanche prochain pour un match à la vie à la mort.

Mis en difficulté en mêlée fermée 50 minutes durant, le RCT n'a dû son salut qu'à une excellente performance dans le jeu au sol. Longtemps au coude à coude, après trois pénalités d'Eric Escande côté toulonnais, deux drops et une pénalité de George Ford côté anglais, les deux équipes n'ont été départagées que par une pénalité de Michalak à la 76e minute. Un joli retour pour Michalak, entré à la pause après avoir été absent des terrains depuis quasiment trois mois. 

Oyonnax officiellement éliminé

Poule 1. Toulouse ne joue pas ce week-end mais a déjà fait une croix sur sa qualification pour les quarts de finale après sa défaite à Ernest-Wallon face à l'Ulster (25-23), une semaine après avoir été rossés par les Nord-Irlandais (38-0). Les Rouge et Noir, quadruples vainqueurs de la compétition, ont décidément perdu bien du lustre sur la scène continentale. Du coup, on voit mal comment le destin de cette poule pourrait échapper aux Saracens qui, avec 19 points pris sur 20 possibles, caracolent en tête.

Oyonnax s'est incliné dimanche à domicile face à l'Ulster. Les Irlandais ont gagné en fin de rencontre après une ultime mêlée (24-23). Après avoir marqué ses 23 points en première période, l'USO dit aideu à la Coupe d'Europe. L'Ulster peut toujours espérer une qualification en quart de finale.

Aucun(e)