Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Champions Cup - UBB : "On n'est pas équipé pour aller plus vite que la musique" dit Emile Ntamack

-
Par , France Bleu Gironde

Trop tendre et trop naïve, l'Union Bordeaux-Bègles s'est logiquement inclinée (34-19) samedi à Exeter pour son entrée dans la compétition. L'entraîneur des arrières tire les enseignements de la leçon anglaise.

Emile Ntamack, l'entraîneur des arrières de l'UBB.
Emile Ntamack, l'entraîneur des arrières de l'UBB. © Radio France

France Bleu : Que retenir de ce baptême du feu en Champions Cup ?

Emile Ntamack : C'est mitigé parce qu'on espère toujours mieux pour notre équipe mais pas déçu car les garçons ont donné le maximum avec les limites du moment face à une équipe d'Exeter qui est en place, maîtrise son jeu et joue à domicile. Nous, c'était une découverte, c'était le premier match en Champions Cup. Ils ont eu le cœur pour rivaliser avec cette équipe, pour montrer de belles choses. Après, il y a de la naïveté, on se fait prendre sur des coups un peu bêtes. Mais c'est aussi ça cette compétition d'un niveau supérieur, il faut être vigilant pendant 80 minutes. Donc ça nous servira pour la suite et on l'espère dès la semaine prochaine (ndlr : en Top 14 face à Pau). Il n'y a pas de regrets, il y a des choses à améliorer, c'est flagrant. Je suis plutôt satisfait car il n'y a pas trop de bobos en plus.

Il faut du temps pour être compétitif dans une telle compétition ?

On ne se pose pas de questions. Après, on n'est pas équipé pour l'instant pour aller plus vite que la musique. On a des garçons qui apprennent à ce niveau, certains étaient encore en Pro D2 il y a quelques années. Ce sont des pas qui se franchissent mais on ne rattrape pas tout de suite ce décalage. On était venu pour rivaliser, montrer qu'on avait du cœur et qu'on méritait de jouer cette compétition. Les erreurs, elles sont là. On va travailler pour améliorer ça.

Julien Rey et l'UBB trop justes pour espérer quelque chose à Sandy Park.
Julien Rey et l'UBB trop justes pour espérer quelque chose à Sandy Park. © Radio France

Après trois matches sans essai, vous en inscrivez trois ici, ça veut dire quelque chose ?

Il y a eu des opportunités. On en a transformé certaines mais il y en a eu d'autres. Il y a encore du déchet, on en est conscient. On montre qu'on est capable de faire ça contre les meilleures équipes européennes, Exeter en fait partie je pense. On doit être capable de continuer à le faire mais je crois qu'il n'y a jamais eu de doute à ce niveau là, me concernant ou concernant les joueurs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess