Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Charles Géli (USAP) : "Quand on déconne, les supporters savent nous faire passer le message"

-
Par , France Bleu Roussillon

L'USAP est attendue au tournant contre Colomiers (ce dimanche à 14h25). Après la triste prestation à Aix-en-Provence, les joueurs doivent une réaction à leurs supporters. Le talonneur Charles Géli le concède sans le moindre souci.

Charles Géli (USAP)
Charles Géli (USAP) © Maxppp - Michel Clementz

Perpignan, France

Charles Géli n'est à l'USAP que pour quelques semaines. Un passage furtif pour le talonneur qui est pourtant un des joueurs qui connaît le mieux l'USAP et son contexte. Pas besoin de détours dans son discours pour plaider coupable sur la prestation de l'équipe dimanche dernier à Aix. Au même titre que le demi-de-mêlée Tom Ecochard dans son discours devant la presse, il reconnaît que l'USAP n'a pas été au niveau dimanche dernier et a failli dans l'engagement. Les critiques des supporters et la pression mise sont totalement logiques.

Comment avez-vous vécu cette semaine après la triste prestation de l'USAP à Aix ?

Charles Géli : Comment je l'ai vécue ? C'est simple, lundi quand j'ai amené la petite à l'école à Saint-Nazaire, le maire me serre la main et me dis "bon, on ne va pas parler du match". Ça te met dans l'ambiance tout de suite. Le mauvais match que tu fais le dimanche te poursuit toute la semaine. Et, ça va encore qu'on joue ce dimanche sinon tous les mecs que tu croises dans le village t'en parleraient encore. 

Comment gère-t-on ces moments-là alors ?

On sait ce qu'on n'a pas fait sur le terrain donc on se prépare forcément pour faire au mieux le dimanche suivant et sortir avec un peu de fierté. Il faut qu'on soit fier du groupe dimanche, qu'on soit fier de ce qu'on a fait sur le terrain. Là, on sort d'un match où on ne s'est pas exprimé, on n'a pas tout donné. On ne s'est pas fait battre par vraiment meilleur que nous, on perd le match tout seuls parce qu'on a fait plein de fautes qu'on ne doit pas faire et qu'on ne doit plus faire.

Ce dimanche, contre Colomiers, vous êtes donc attendus sur le résultat et la manière...

On va commencer par gagner. On va mettre les choses dans l'ordre. Quand ça ne va pas, on se concentre sur les choses qui sont simples. Mais, bien faire les choses les plus simples en rugby, c'est le plus dur. Il faut qu'on mette tout l'engagement qu'il faut pour arriver à notre but et se retrouver dans l'avancée. Si on avance, ce sera plus simple derrière.

Craignez-vous l'accueil d'Aimé-Giral après ce match à Aix ?

Je vis ici, je sais et on sait comment ça se passe. Que peut-il y avoir de pire ? Des sifflets ? Les supporters ont raison en tout cas. Ils ne sont pas contre nous, ils sont avec nous. Quand on déconne, ils savent nous faire passer le message. Donc dimanche, contre Colomiers, il faut que d'entrée on fasse les choses bien et proprement, pour ne pas se retrouver dans la même situation que le week-end dernier. 

Choix de la station

France Bleu