Rugby

Christian Lanta (USAP) : "Les trois semaines à venir seront plus révélatrices"

Par Cyrille Manière, France Bleu Roussillon jeudi 4 août 2016 à 16:09

Christian Lanta : "On jugera notre préparation le jour de la réception de Mont-de-Marsan"
Christian Lanta : "On jugera notre préparation le jour de la réception de Mont-de-Marsan" © Maxppp - Michel Clementz

Le directeur sportif de l'USAP revient sur le premier match amical perdu mercredi contre Narbonne et fait le point sur la préparation de l'équipe et sur le choix du capitanat.

France Bleu Roussillon : Quels enseignements tirez-vous de ce premier match amical (défaite 21 à 0 contre Narbonne) ?

Christian Lanta : Je savais qu'on aurait un gros déficit physique car on sort de cinq semaines de grosse préparation physique. Je savais qu'on manquerait de vitesse et de gaz. Je voulais surtout faire une revue d'effectif et intégrer pas mal de jeunes qui avaient participé depuis le début de la saison. Je ne voulais pas non plus que chaque joueur fasse plus de 40 minutes sur ce premier match. On montera en puissance contre Béziers et Carcassonne. Il y a eu les imperfections qu'on peut attendre d'un premier match, mais même si ça n'a pas abouti, j'ai pu percevoir quand même que le travail qu'on faisait commençait à s'amorcer. Même si on n'a pas marqué d'essai, des choses s'amorcent dans l'organisation et la réorganisation.

Chirstian Lanta : "Je savais qu'on manquerait de vitesse et de gaz"

FBR : Donc il ne faut pas non plus s'alarmer de ce score sévère dès le premier match amical ?

CL : Si on s'affole au bout d'un match, la saison va être très longue ! J'avais mis les œufs dans deux paniers, ce match-là était plus pour moi l'occasion d'avoir une opposition réelle, mais je n'en faisais pas un objectif. Ce sera le cas contre Béziers et Carcassonne où on travaillera plus sur l'homogénéité, l’efficacité, et on sera mieux physiquement pour passer ces matchs.

"Lifeimi Mafi est un leader naturel."

FBR : D'un point de vue plus global, comment jugez-vous le groupe depuis le début de la préparation ?

CL : Je jugerai plutôt à la fin de la préparation et ce qui donnera l'évaluation, ce sera le premier match contre Mont-de-Marsan. L'objectif de cette préparation est surtout d'amener l'équipe à être performante pour ce premier bloc de cinq matchs et notamment la venue de Mont-de-Marsan (Ndlr : le 25 août). Très franchement, je pense qu'on est dans les temps de ce qu'on voulait faire. On sort d'un très gros travail foncier auquel n'étaient peut-être pas habitués les joueurs, donc forcément ça laisse des traces. On est sur un travail où la fraîcheur physique manque, mais c'est tout à fait voulu. Les trois semaines à venir seront plus révélatrices du travail accompli.

Christian Lanta : "Je voulais un capitaine exemple et Lifeimi mafi est un leader naturel" - Maxppp
Christian Lanta : "Je voulais un capitaine exemple et Lifeimi mafi est un leader naturel" © Maxppp - Michel Clementz

FBR : Lifeimi Mafi a été désigné capitaine pour cette saison. Pourquoi ce choix ?

CL : J'ai voulu voir vivre le groupe pendant un mois et il s'impose comme un leader naturel. C'est un garçon qui a une très grosse expérience. Tous les jeunes ou les plus anciens ont un énorme respect pour le joueur et pour l'homme. Ce sont des raisons largement suffisantes pour en faire un capitaine. Autour de lui, il y aura d'autres leaders et il sera entouré de garçons qui ont un rôle à jouer, un capitaine est tout sauf un homme seul. Il aura autour de lui trois ou quatre garçons sur lesquels il pourra s'appuyer en permanence.

Christian Lanta : "Lifeimi Mafi est un leader naturel"

"Timoci Matanavou aura du chemin pour mettre en confiance le staff et ses partenaires."

FBR : Le fait que Lifeimi Mafi ne parle pas français n'est pas gênant ?

CL : Non, il fait déjà le lien avec d'autres joueurs qui n'ont pas de facilité pour parler. C'est un garçon qui sait s'exprimer et ce sera aussi l'occasion pour lui de faire les progrès qu'on peut attendre de lui en français. Pour revenir encore sur ce choix de Lifeimi Mafi capitaine, j'avais aussi envie d'opter pour un capitaine exemple que ce soit à l'entraînement, en dehors du terrain ou sur un match. Et je trouve que c'est un garçon qui donne toujours le maximum et un bel exemple pour tout le monde.

FBR : Autre dossier, celui de Timoci Matanavou. Il va enfin arriver. On suppose que vous êtes impatient de le voir à l'œuvre ?

CL : Alors, je ne vais pas trop m'avancer mais visiblement, ses problèmes personnels et administratifs semblent définitivement résolus. Après, bien sûr que je suis impatient de le voir à l'entraînement. Le fait de ne pas avoir fait la préparation le met en difficulté et met le groupe en difficulté.  Il va avoir du chemin à faire pou mettre à la fois le staff en confiance, mais aussi ses partenaires.