Rugby

Christian Lanta (USAP) : la victoire face à Aurillac est "une satisfaction, mais ce n'est qu'une étape"'

Par Cyrille Manière, France Bleu Roussillon dimanche 15 janvier 2017 à 19:31

Christian Lanta attend une confirmation de ses joueurs
Christian Lanta attend une confirmation de ses joueurs © Radio France - Cyrille Manière

L'USAP a réagi ce dimanche contre Aurillac (victoire 41-20), une semaine après son non-match à Mont-de-Marsan. Le directeur sportif Christian Lanta est satisfait mais attend confirmation lors du prochain déplacement à Colomiers.

France Bleu Roussillon : Sur ce match-là, l'objectif est accompli pour l'USAP avec ce match maîtrisé ?

Christian Lanta : C'était l'objectif, au nom du staff je le dis : je suis satisfait, mais on sortait du match de Mont-de-Marsan assez blessé de l'image qu'on avait pu donner et donc sur le match d'aujourd'hui les joueurs ont fait ce qu'ils devaient faire. Mais on ne va pas en rajouter car le match de Mont-de-Marsan reste dans nos esprits et on ne peut pas effacer ça.

Aujourd'hui il y a eu une grande maîtrise et notamment en première mi-temp : on a marqué quand il fallait, on a su tenir le ballon contre le vent. On s'est parfois un peu fragilisé en défense, sur trois ballons Aurillac arrive quand même à récupérer neuf points, mais là on est dans les détails. Ce qui compte, ce sont les six essais à l'arrivée. La deuxième mi-temps a été ce qu'elle devait être. C'est toujours difficile compte tenu du vent et de l'adversaire de maîtriser totalement. Donc, effectivement c'est une satisfaction, mais c'est tout, c'est une étape.

FBR : Ce match confirme votre double visage cette saison et on se pose toujours la question de vos performances à l'extérieur quand on voit ce que vous êtes en mesure de faire à Aimé-Giral...

CL : Oui, j'espère qu'on va devenir plus exigeant à l'extérieur et ce n'est pas du hasard si je parle toujours du match de Mont-de-Marsan. Vous lisez bien sûr entre les lignes. C'est vrai qu'on attend plus de notre équipe. Il nous reste sept matchs à domicile, six à l'extérieur. On sait que pour arriver à nos fins, il va falloir faire un sans faute à domicile et gratter plusieurs victoires à l'extérieur. On est au pied du mur.

"Enchanté pour Adrea Cocagi, Lucas Bachelier confirme."

FBR : Que pensez-vous des prestations de deux d'Andrea Cocagi et Lucas Bachelier ?

CL : Adrea est un centre avant tout et on l'utilisait à l'aile compte tenu des blessures. Aujourd'hui, il a joué au centre et il avait envie de montrer ses qualités à tout le monde. Ce n'est pas toujours dans le prix de l'élégance, mais on est très satisfait du match qu'il sort et surtout très heureux pour lui car c'est un garçon formidable. Il est très bien intégré dans l'équipe, il a un état d'esprit exceptionnel. Tout le vestiaire est enchanté de son match. Quant à Lucas, il confirme son début de saison, il monte en puissance. On lui avait donné un peu de repos le week-end dernier, mais en tout cas on est très satisfait de lui. On fera le bilan en fin de saison sur lui.

Adrea Cocagi, très performant contre Aurillac - Maxppp
Adrea Cocagi, très performant contre Aurillac © Maxppp - Michel Clementz

FBR : Désormais, on vous attend au tournant à Colomiers. On sent chez les joueurs une grosse envie de revanche par rapport au match aller..

CL : C'est un match qui avait brisé notre nouvelle dynamique à l'époque, on avait pris contre eux un gros feu rouge. Ça avait été un arrêt brutal et on s'en veut surtout à nous-même. On avait donné à Colomiers les moyens de nous battre, mais on a forcément un sentiment de revanche. On connaît la qualité de Colomiers et rien ne sera facile : on va tout mettre en œuvre pour concurrencer Colomiers dans son stade.

FBR : On a l'impression qu'il y a de la qualité dans cette équipe lorsqu'elle est au complet, mais l'effectif est-il qualitativement suffisamment large ?

CL : Je crois qu'on a été en souffrance quand on avait des blessés en première partie de saison. C'est donc désormais un paramètre important au-delà de ce que vont mettre les joueurs dans la qualité et la conviction sur le terrain. Il faut qu'on soit quelque part aidé et qu'on évite d'avoir des blessés. Si l'effectif reste au complet, on sait qu'on peut concurrencer toutes les équipes du championnat.