Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Christophe Urios : "Je veux réussir là où l'UBB n'a pas encore réussi"

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Gironde, France Bleu Occitanie

Au lendemain de l'annonce de son transfert vers Bordeaux, le manager de Castres s'est exprimé. Son départ du Tarn n'est pas une surprise, mais il entend faire de Bordeaux une place importante du rugby européen.

Christophe Urios a choisi Bordeaux mais il pensait au XV de France
Christophe Urios a choisi Bordeaux mais il pensait au XV de France © Radio France - (Bénédicte Dupont)

Castres, France

Ce lundi, le Président de l'UBB, Laurent Marti, a réussi son petit effet en annonçant l'arrivée, en début de semaine prochaine, du manager du champion de France Castres, Christophe Urios . Depuis, ce dernier était resté totalement silencieux. Fidèle à ses habitudes -celles d'un homme qui gère très bien sa communication sans que cela se voit- Christophe Urios s'est enfin exprimé ce mardi après-midi au centre d'entraînement du Lévezou. Le départ du manager castrais du CO n'est pas une surprise puisqu'il avait été annoncé par le club avant le début de saison et qu'on connaît déjà son remplaçant, l'actuel entraîneur d'Agen, Mauricio Reggiardo.

Qu'est-ce qui vous a séduit dans le projet des Bordelais ?

Christophe Urios : "Les cannelés, je suis gourmand! Non, rappelons le contexte : je n'ai pas re-signé à Castres car j'étais venu pour une mission, je l'ai accomplie. Je cherchais un autre projet, une équipe qui vise le Top 6. Bordeaux est dans ce cas. Après, j'ai eu une très bonne relation avec Laurent Marti (NDLR : le président de l'UBB), que je connaissais très peu. Ensuite, Bordeaux a une équipe ambitieuse, jamais loin de la qualification mais qui ne se qualifie pas, c'est le plus important pour moi. Le club a fait beaucoup d''investissements aussi. Et c'est une belle et grande ville. Il va falloir préparer un projet qui plaise car le rugby à Bordeaux n'est pas le même qu'à Castres et ça n'est pas la même taille de ville. 

J'ai eu une très bonne relation avec Laurent Marti, il est pour 70% dans mon engagement avec l'UBB.

Vous signez pour quatre ans. Ça veut dire que vous renoncez pendant ce temps au XV de France ?

L'Equipe de France savait que j'étais sur le marché depuis juillet. Pour moi, tu ne postules pas en Equipe de France, on vient te chercher parce que c'est le bon moment et qu'on pense que tu es la bonne personne pour le faire. Mon nom a beaucoup circulé mais je n'ai rien aujourd’hui. Ça veut dire qu'on n'est pas prêt à faire évoluer les choses, on n'y voit pas assez clair, ou alors je ne suis pas la bonne personne. Je ne cours pas après l'Equipe de France, ça ne m’empêche pas de dormir, je n'attendais rien. Et je ne mettrai pas de clause dans mon contrat.

Le XV de France, je n'attends rien, je ne cours pas après. Je ne dois pas être la bonne personne au bon moment.

Vous parliez de cet entretien capital avec Laurent Marti. Il vous a marqué ?

Oui, je suis très surpris par son engagement, ça n'était pas facile quand il est arrivé il y a onze ans, la fusion Bordeaux-Bègles, dans une région qui n'est pas très rugby. Il a mis beaucoup d'argent dans ces projets. Il est pour 70% dans mon engagement avec ce club. Je veux l'aider à réussir là où il n'a jamais réussi. C'est un beau défi.

Il va falloir rallonger les journées jusqu'à juillet : finir la saison ici à Castres, préparer la prochaine à Bordeaux...

Ce n'est pas un problème. La seule chose, c'est que, jusqu'à décembre, je reste à Castres car j'ai du boulot ici, c'est la reprise. Et puis par respect des gens en place là-bas. À partir de janvier en revanche, mes journées du mercredi notamment seront consacrées au projet UBB. Ce projet me ravit. En plus des cannelés... et des huîtres! 

Emmenez-vous des membres de votre staff?

Il est trop tôt pour en parler. Je n'ai donné mon accord que dimanche, ça a été très rapide. Il va falloir travailler sur le recrutement, il est déjà bien avancé sauf devant, ça m'arrange. Ça n'est pas un problème de travailler avec d'autres. C'est moi qui ai incité Joe (NDLR : El Abd, son adjoint à Castres) à retourner à Oyonnax par exemple".

Choix de la station

France Bleu