Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Top 14 : résultats, classement et calendrier

A jamais les premiers, Aurélien Rougerie raconte le Brennus de l'ASM en 2010

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Le samedi 29 mai au stade de France, l'ASM remportait pour la première fois le Bouclier de Brennus. Après dix finales perdues, le club auvergnat touchait enfin le Graal. Une victoire historique contre les Catalans de Perpignan. Et la consécration pour Aurélien Rougerie. Le capitaine se souvient.

Aurélien Rougerie soulève le Bouclier
Aurélien Rougerie soulève le Bouclier © Maxppp - Philippe Lecoeur

Il était tellement lourd. "Au propre, comme au figuré" reconnaît Aurélien Rougerie. Bien plus en tout cas que les vingt deux kilos de ce bout de bois tant désiré. Plus que le Bouclier, c'est le poids de l'histoire que le capitaine de l'ASM portait à bout de bras ce samedi 29 mai 2010. Le poids des dix finales perdues par le club. Le poids des déceptions et de la frustration accumulée au fil des années. "Quand même, revenir quatre fois de suite au stade de France, il fallait avoir un certain caractère, mais on attendait ça depuis si longtemps, c'était important de le partager avec tout le monde". Au point de ne pas respecter le protocole, pour aller brandir le trophée devant les supporters.

Véritable couteau suisse, c'est au poste d'arrière qu'Aurélien Rougerie a débuté les phases finales en 2010. Un match de barrage contre le Racing au Michelin, et une pénalité de Morgan Parra qui avait fait débat. "Du coup, j'étais bien placé dans l'axe des poteaux, elle est passée sans problème" rigole le capitaine emblématique. 

Revenir en finale c'est pas la routine... Aurélien Rougerie, capitaine de l'ASM en 2010

Mais c'est ensuite avec le numéro 13 dans le dos qu'il a joué la demie-finale contre Toulon, puis la finale contre Perpignan. "Je me souviens de cette touche à cinq mètres de notre ligne à la fin du match à Saint-Etienne" raconte Rougerie, "et mon Benoît Cabello qui venait de rentrer me jette le ballon sur Julien Bonnaire". Sans trembler. L'histoire était en marche.

Ce samedi 29 mai 2010, Aurélien Rougerie disputait sa cinquième finale de championnat avec l'ASM. En 2001 (Toulouse), en 2007 (Stade Français), en 2008 (Toulouse) et en 2009 (Perpignan), il avait regardé les autres soulever le trophée. Mais cette fois, c'est bien lui qui a posé pour l'éternité. 

La fête gachée dix ans après

Aurélien Rougerie

Pour célébrer cette anniversaire, le capitaine a essayé de rassembler ses partenaires de l'époque. "J'ai essayé d'impulser quelque chose, j'avais réussi à contacter tout le monde, sauf le fidjien qui doit être sur je ne sais quelle île" rigole Aurélien Rougerie à propos de Napolioni Nalaga, "le club avait trouvé que c'était une très bonne idée, on aurait du faire ça à l'occasion du dernier match de la saison au Michelin contre Toulouse". Ce n'est que partie remise assure l'icône du club.

Aurélien Rougerie a une nouvelle fois soulevé le Brennus en 2017 avant de mettre un terme à sa carrière la saison suivante après 31 ans de fidélité à l'ASM. Il a porté 418 fois le maillot jaune et bleu. Seul Eric Nicol a fait mieux (437). Il travaille toujours pour le club, notamment pour le recrutement. Le club de sa vie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu