Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le Stade Toulousain est-il en danger économiquement ? Didier Lacroix répond

-
Par , France Bleu Occitanie

Le président Didier Lacroix a fait le point sur l'avenir économique du Stade Toulousain alors que le rugby est à l'arrêt depuis près d'un mois.

Didier Lacroix
Didier Lacroix © Maxppp - PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXPPP

Dans un entretien accordé à La Tribune, le président du Stade Toulousain Didier Lacroix a évoqué la situation économique du club alors que le monde du sport est à l'arrêt en raison de la pandémie de coronavirus. 

250.000 à 350.000 euros de perdus par match de Top 14 non joué

"Un match de Top 14 c'est, selon le match, entre 250 000 et 350 000 euros de valeur nette. Un quart-de-finale de coupe d'Europe comme il était programmé le 5 avril se trouve autour de 850 000 euros", compte le président du Stade Toulousain. Un club qui aujourd'hui n'a aucune rentrée d'argent. 

Il ajoute qu'aucun supporter n'a demandé de remboursement pour le quart de finale de Coupe d'Europe (40.000 personnes étaient attendues le 5 avril au Stadium). Le Stade Toulousain n'a pas été lâché par ses supporters et ses partenaires. 

Le Stade Toulousain, qui emploie 150 personnes, a mis l'effectif professionnel au chômage technique, comme la plupart du personnel. "Les équipes des services informatiques ont été maintenues car la boutique en ligne tourne toujours. Il y a également le service financier, qui bat son plein, car nous avons besoin de modéliser, de savoir vers quoi on tend", ajoute Didier Lacroix à La Tribune.

"Ne pas pleurer avant l'heure"

Didier Lacroix, questionné sur d'éventuels dons de salaires de la part des joueurs explique que _"_toutes les solutions seront envisagées en fonction de la dangerosité dans laquelle nous aura plongés cet arrêt. Tant que nous n'avons pas tous ces éléments, je pense qu'il serait contre-productif de pleurer dans les chaumières avant l'heure. Très concrètement, nous ne connaissons pas le degré de dégâts que va causer cette pandémie dans l'économie, notre secteur d'activité et notre propre club."

Un président qui "n'imagine pas que le Stade Toulousain disparaisse de la carte uniquement pour des raisons économiques. Le club a un rôle qui est au-dessus de cela, avec une implication dans le quotidien qui dépasse son rôle de club."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu