Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Pour moi, le glas de la fin du championnat a sonné" réagit le président de la Section Paloise

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Le Top 14 est à son tour suspendu suite à l'épidémie de coronavirus. Une décision "inéluctable depuis un moment" pour le président de la Section Paloise, Bernard Pontneau.

Bernard Pontneau n'est pas optimiste quant à une reprise du Top 14.
Bernard Pontneau n'est pas optimiste quant à une reprise du Top 14. © AFP - Iroz Gaizka

France Bleu Béarn : La Ligue Nationale de Rugby a annoncé ce vendredi la suspension du Top 14, la bonne décision ?

Bernard Pontneau : Elle était devenue inéluctable depuis un moment selon moi. Il y avait une réflexion et elle est désormais d'actualité : une reprise est-elle possible avant le 30 avril ? Parce qu'après le 30 avril rien n'est possible en matière d'organisation de fin de championnat. Pour moi, le glas de la fin du championnat a sonné... c'est mon avis personnel. C'est pour cela que la Ligue n'a pas donné de date de reprise et qu'il y aura un essai pour voir l'évolution des choses, de telle manière à voir si une reprise est possible, ce dont je doute. De toute façon, cet arrêt créera des iniquités qui seront claires pour pas mal de monde. On va maintenant voir les modalités notamment financières de cette suspension. Il y a une foule de détails à considérer, dont les scénarios d'une non-reprise.

Très concrètement, une pause ça veut dire quoi, du chômage technique à la Section Paloise ?

Oui, on est en train de se rendre compte que la Section, et les clubs professionnels en général, sont des entreprises comme les autres. S'il n'y a plus de productivité, pour comparer avec une usine, il faut tenir compte des heures de travail effectuées. Un sportif doit s'entretenir physiquement, il y aura des heures de travail partiel, c'est le terme, qui seront effectuées et de ce fait, on parlera de temps partiel voire de chômage partiel. À titre personnel, les études de mesures à prendre avaient été faites, il s'agit maintenant de les mettre en place.

La fin du championnat, c'est votre postulat, cela poserait plein de questions en terme de maintien, de phases finales...

Ce n'est pas le sujet d'aujourd'hui. Dans un premier temps, il fallait que le sport réponde à l'appel à la solidarité du président de la République. C'était prendre en compte le contexte sanitaire qui touche l'ensemble de la Nation. Le sport doit être toujours aligné et chaque Ligue a pris sa responsabilité. La semaine prochaine on réglera les autres détails qui vont effectivement préoccuper beaucoup de monde, empêcher de dormir les gens, c'est certain mais c'est ainsi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess