Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby
Dossier : Coupe du monde de rugby 2019

Coupe du monde de rugby 2019 : Charly Malié, toujours amer, n'a "pas envie de la regarder"

-
Par , France Bleu Béarn

Charly Malié aurait pu jouer la Coupe du monde avec l'Espagne. Sauf qu'un match perdu en Belgique dans des circonstances plus que troubles a scellé le sort de la sélection espagnole, et envoyé la Russie disputer le Mondial au Japon.

Charly Malié, sous les couleurs de l'Espagne en mars 2018, lors du match à l'issue controversé qui a coûté sa place en Coupe du monde au "XV del Leon"
Charly Malié, sous les couleurs de l'Espagne en mars 2018, lors du match à l'issue controversé qui a coûté sa place en Coupe du monde au "XV del Leon" © Getty - Dean Mouthtaropoulos

Pau, France

Et dire que Charly Malié aurait pu jouer le match d'ouverture de la Coupe du monde de rugby 2019... L'affiche aurait alors été Japon-Espagne. Mais le 20 septembre dernier, c'est bien face à la Russie que les Nippons ont lancé "leur" Mondial en fanfare. La Russie finalement qualifiée en lieu et place de l'Espagne, de la Roumanie et de la Belgique, la faute à un incroyable imbroglio (lire ci-dessous).

Et pourquoi pas 2023 ?

"Quand on mange avec l'équipe, que la télé est allumée, je regarde les match... Mais sinon je n'ai pas envie de regarder cette Coupe du monde" avoue Charly Malié qui n'a toujours pas digéré les événements : "Je me rends compte que ça a été une grosse mascarade, je ne pensais pas qu'il pouvait y avoir une telle injustice dans notre sport. Le rugby essaye de garder des valeurs, mais à la sortie de ce match contre la Belgique je n'ai pas retrouvé ces valeurs".

Une Coupe du monde qui réveille donc d'amers souvenirs pour l'arrière palois : "Juste après ce match en Belgique j'ai eu de la chance de retrouver la Section, on avait une belle fin de saison à jouer avec une demi-finale de Challenge Cup, ça m'a permis de vite basculer... Mais c'est vrai que là, quand je vois la Russie à cette Coupe du monde, tant mieux pour eux, mais on a quand même tout fait pour y aller  : on a battu la Russie chez eux, on a battu la Roumanie, toutes les équipes possibles jusqu'à ce fameux match où l'arbitre roumain en a décidé autrement".

Alors Charly Malié maintenant se tourne vers l'avenir. Proche avec la Section Paloise, et plus lointain, avec pourquoi pas une nouvelle chance en visant la Coupe du monde 2023 en France : "On ne sais jamais avec les blessures, mais je serai encore en âge de la jouer (31 ans en 2023, NDLR), alors je la garde dans un petit coin de ma tête... C'est quand même bien de pouvoir jouer une Coupe du monde dans sa carrière".

L'incroyable match entre la Belgique et l'Espagne

Pour comprendre, il faut remonter au 18 mars 2018 : la Belgique reçoit l'Espagne, en cas de victoire des Espagnols, ils seront assurés de disputer la Coupe du monde 2019, et en cas de défaite, le ticket reviendra à la Roumanie. Le match est arbitré par... un Roumain, qui va sifflet 28 pénalités contre le "XV del Leon", 8 contre la Belgique. Résultat final, défaite de l'Espagne 18-10. Après enquête et gros cafouillage de Rugby Europe et World Rugby, l'Espagne, la Belgique et la Roumanie seront finalement exclus des qualifications à la Coupe du monde pour non-respect des règles d'éligibilité, ouvrant la voie à la Russie...

Charly Malié, au contact, lors du controversé Belgique-Espagne de mars 2018. - Getty
Charly Malié, au contact, lors du controversé Belgique-Espagne de mars 2018. © Getty - Dean Mouhtaropoulos
Choix de la station

France Bleu