Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby
Dossier : Coupe du monde de rugby 2019

Coupe du monde de rugby 2019 : dernier rendez-vous pour le Béarnais Jérôme Garcès

-
Par , France Bleu Béarn

Le Béarnais Jérôme Garcès vit ses derniers jours d’arbitre, à l’occasion de la Coupe du monde qui débute ce vendredi au Japon. Si beaucoup d'observateurs le voient déjà arbitrer la finale, il aborde cette échéance avec beaucoup de sérénité.

Après 2011 et 2015, ici lors de la demi-finale Nouvelle-Zélande / Afrique du Sud, le Béarnais va vivre au Japon sa troisième Coupe du monde de rugby.
Après 2011 et 2015, ici lors de la demi-finale Nouvelle-Zélande / Afrique du Sud, le Béarnais va vivre au Japon sa troisième Coupe du monde de rugby. © AFP - James Marsh

L’emploi du temps de Jérôme Garcès est très chargé. Devenu le patron des arbitres de Top 14 et de ProD2, l’Arudyen, encore lui-même arbitre pour quelques semaines, a donc dû ces dernières semaines jongler entre sa préparation personnelle et ses nouvelles fonctions.

L'un des cinq arbitres français au Japon

Retenu par World Rugby parmi le panel des arbitres internationaux pour la Coupe du monde, il s’est vu attribuer pour la phase de poules trois rencontres : Nouvelle-Zélande / Afrique du Sud, Irlande / Russie et Pays de Galles / Fidji (ainsi que cinq matchs comme arbitre de touche). Considéré comme l’un des meilleurs sifflets du monde, il pourrait - si la France n’y est pas - arbitrer la finale de la compétition le 2 novembre. Il n’en fait pas ouvertement un objectif, mais après avoir arbitré un quart-de-finale et une demi-finale de la Coupe du monde en 2015 (et été juge de touche en finale), il apparaît comme un candidat naturel. Également arbitre de la dernière finale de Champions Cup et des deux dernières finales du Top 14, il s’est confié avant son départ pour le Japon.

France Bleu Béarn : La préparation d’un arbitre, on peut l’assimiler à celle d’un joueur avant une échéance comme celle-là ?

Jérôme Garcès : Un peu oui, les équipes jouent leurs matchs de préparation et nous on les arbitre. Il y a aussi la préparation en tant que telle avec du physique, de la technique et beaucoup de préparation individuelle en sachant qu’on va passer 52 jours sur place, au Japon, avec un programme assez chargé puisque j’ai au moins 7 matchs à arbitrer.

C’est votre troisième Coupe du monde, qu’est ce que cela vous procure comme sentiment ?

Ça fait toujours quelque chose ! Sachant que c’est ma troisième, et dernière, il y a pas mal d’émotion, et puis c’est toujours des matchs extraordinaires, incomparables avec par exemple le Tournoi des Six Nations (arbitre à treize reprises dans la compétition depuis 2011, NDLR) ou les compétitions qu’on peut arbitrer le reste du temps. Il y a à la fois beaucoup d’excitation, mais aussi de réflexion, de calme. Il faut y aller doucement…

Parce qu'on se dit aussi que la pression doit être maximale ?

Elle l’est. Tous les matchs ont un enjeu, au bout, il n’y a qu’une équipe qui soulève le trophée. C’est pour cela aussi qu’il faut y aller en étant le plus serein possible.

2019 c’est bien pour mettre un terme à ma carrière, finir sur une Coupe du monde c’est un privilège et un honneur"                  
— Jérôme Garcès

Vous ne pouvez pas faire comme si votre nom n’était pas un des plus évoqués pour arbitrer la finale…

Oui, mais bon… C’est sûr qu’en 2015, je fais quart de finale, demi-finale et touche à la finale, mais les compteurs sont remis à zéro. Il faut beaucoup de prudence, de la confiance aussi, savoir qu’on peut y arriver… Et beaucoup d’humilité, des matchs important il y en a beaucoup avant la finale. Une Coupe du monde on n’y va pas en pensant à la fin. On pense d’abord à performer sur les matchs de poule, et après… que le meilleur aille au bout. 

Et d’ailleurs le premier match que vous allez arbitrer, Nouvelle-Zélande / Afrique du Sud (ce samedi à 11h45), cela ressemble à une affiche de finale !

Oui c’est vrai, cela va être un match très important, mais comme le seront les deux autres qui viendront après. Démarrer par un gros match, c’est pas mal pour bien rentrer dans la compétition.

Jérôme Garcès, adressant un carton rouge à Sonny Bill Williams en 2017, lors d'un match entre les All Blacks et les Lions Britanniques. - AFP
Jérôme Garcès, adressant un carton rouge à Sonny Bill Williams en 2017, lors d'un match entre les All Blacks et les Lions Britanniques. © AFP - David Davies

Vous avez il y a quelques semaines de ça, infligé un carton rouge à un Néo-Zélandais lors d’un match face à l’Australie... Votre deuxième rouge contre eux, cela a été très mal vécu là-bas. Vous n’avez pas peur que cela pèse pour d’éventuelles nominations sur les matchs de la phase finale ?

Honnêtement j’ai suivi ça de très loin, je vais y aller sans pression, contrairement à ce que j’ai pu lire… Je connais les enjeux, les directives et moi aussi j’ai envie de bien arbitrer, de montrer que je serai au rendez-vous. Je n’ai donc pas de pression particulière par rapport à ça. Concernant les nominations, c'est à d’autres de répondre...

Après 26 ans de carrière, pourquoi faire le choix d’arrêter après cette Coupe du monde ?

En fait cela a été une décision assez simple à prendre. 2023 est malheureusement un peu loin pour en faire une quatrième. Et moi mon objectif c’est d’arbitrer des Coupes du monde. Alors 2019 c’est bien pour mettre un terme à ma carrière, finir sur une Coupe du monde c’est un privilège et un honneur, même si comme pour un joueur ce n’est pas facile de dire : « J’arrête »… et de se dire que je n’aurai plus, demain, le bonheur d’arbitrer des matchs de rugby.

Les matchs de la phase de poule dirigés par Jérôme Garcès

  • Nouvelle-Zélande / Afrique du Sud, poule B, samedi 21 septembre à 11h45 (heure française) 
  • Irlande / Russie, poule A, jeudi 3 octobre à 12h15 
  • Pays de Galles / Fidji, poule D, mercredi 9 octobre à 11h45
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu