Rugby

Coupe du monde de rugby 2023 : Saint-Étienne l'expérimentée dans la candidature française

Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire vendredi 13 octobre 2017 à 20:07

Des animations ont eu lieu en cette fin d'après-midi ensoleillée à Saint-Étienne.
Des animations ont eu lieu en cette fin d'après-midi ensoleillée à Saint-Étienne. © Radio France - Angy Louatah

Ce vendredi, la candidature Française à l'organisation de la coupe du monde 2023 a été présentée à l'hôtel de ville de Saint-Étienne (Loire). On saura le 15 novembre si la France accueille la coupe du monde, et donc si les rues de Saint-Étienne verront à nouveau défiler les drapeaux du monde entier.

La salle Aristide Briand de l'Hôtel de ville de Saint-Étienne accueillait ce vendredi une délégation de la fédération française de Rugby. La candidature tricolore est lancée pour accueillir la coupe du monde 2023. Geoffroy Guichard fait partie des 9 stades retenus pour #France2023. En ce mois d'octobre, les représentants de la candidature font le tour des 10 villes concernées : Paris (naturellement, même si le Parc des princes n'est pas retenu), Saint-Denis, Marseille, Lille, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Nice, Nantes et donc Saint-Étienne.

La France accueillera-t-elle cette coupe du monde ? La réponse interviendra le 15 novembre prochain. Face à la candidature française, il y a celles de l'Irlande et de l'Afrique du sud. L'un des principaux arguments des responsables du dossier Français : l'habitude et l'expérience du pays dans l'organisation de grands événements. Dans le même esprit, Thierry Murie, le vice-président de la Fédération Française de Rugby explique qu'il "ne pouvait pas se passer du savoir-faire stéphanois en terme d'organisation d’événements sportifs."

On ne pouvait pas se passer de Geoffroy Guichard (Thierry Murie, FFR)

Contrairement l'Euro 2016, où la candidature de Saint-Étienne pour être ville hôte avait été rattrapée au dernier moment, la ville fait cette fois partie du projet dès le début. Il se murmurait même pour l'Euro que sans Michel Platini, à l'époque à la tête de l'UEFA, Saint-Étienne n'aurait pas été sélectionnée. Pour Thierry Murie, c'est "la preuve que non !" Le vice-président poursuit : "je crois que Saint-Étienne a une histoire sportive, un passé... que tous les événements que la ville a accueillie ont été formidablement bien reçus avec un public énorme, on ne pouvait pas se passer de ce savoir-faire, il faut un savoir-faire en termes d'infrastructure, mais aussi en termes de public, il faut des municipalités, des métropoles, qui s'investissement, des régions qui s'investissent, c'est une région forte sur le sport. Et puis on ne pouvait pas se passer de Geoffroy Guichard."

Le film de candidature avec un Bernard Laporte très inspiré