Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Coupe du monde de rugby : Arnaud Carré (France Bleu) s'est régalé d'"une orgie de jeu"

dimanche 1 novembre 2015 à 18:15 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde et France Bleu

C'est l'heure du bilan. Les All Blacks superstars et le XV de France dépité. Mais la Coupe du monde de rugby ne se résume pas qu'à cela. Arnaud Carré a suivi toute l'épreuve pour France Bleu. Voici ce qu'il retient de cette édition 2015.

Arnaud Carré, notre envoyé spécial sur la Coupe du monde.
Arnaud Carré, notre envoyé spécial sur la Coupe du monde. © Radio France

Il a passé sept semaines en ballon... ovale. Arnaud Carré vous a fait suivre sur francebleu.fr cette Coupe du monde 2015 marquée par le troisième titre de la Nouvelle-Zélande, par le fiasco des Français ou le gros loupé du XV d'Angleterre. Voici ses impressions à l'heure de rentrer en France.

Le plaisir du jeu

Cette huitième édition fera date. Jamais une coupe du monde n’aura autant favorisé le jeu. Plus de cinq essais par match en moyenne, des phases statiques comme la mêlée en net recul, le tout servi par un arbitrage presque sans tâche et qui a eu cette volonté constante de faire vivre le ballon. En dehors de la France, engoncée dans son plan de jeu défensif et restrictif, toutes les équipes, même les moins armées, ont essayé d’aller de l’avant. Une orgie de jeu qui ne s’est pas arrêtée, comme souvent, lors des phases finales où malgré l’enjeu, les essais ont continué à pleuvoir.

Halloween ou jour de finale ? - Radio France
Halloween ou jour de finale ? © Radio France - Arnaud Carré

La fête partout

Comme ils l’avaient fait pour les JO de Londres en 2012 et malgré l’élimination précoce de leur équipe, les Anglais ont réussi leur pari d’un événement sportif et populaire. Près de 2 500 000 spectateurs, des stades pleins quelle que soit l’affiche, un accueil souriant et des villes qui ont vibré avant, pendant et après. Mention spéciale à Cardiff où lors des quarts de finale, on a le plus senti battre le pouls de cette coupe du monde. La bière aidant, supporters gallois, irlandais, français, néo-zélandais et argentins ont fraternisé jusqu’à très tard dans la nuit. La capitale galloise s’est transformée en une publicité vivante pour le rugby. Cheers mate !

Les pubs anglais et gallois ont vécu au rythme de la Coupe du monde. - Radio France
Les pubs anglais et gallois ont vécu au rythme de la Coupe du monde. © Radio France - Arnaud Carré

Une finale de rêve

Le point d’orgue aura été l’affrontement entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Du combat, des gestes de grande classe, du suspens, le récital de Dan Carter et la sortie majestueuse de Richie McCaw. Dans cette finale de haut vol, les deux meilleures équipes du monde se sont rendues coup pour coup avant de se donner l’accolade et de rester ensemble de longues minutes sur le terrain. Twickenham a adoré. Nous aussi.

>>> A lire aussi : le formidable geste de Sonny Bill Williams

Les supporters All Blacks peuvent exulter. - Radio France
Les supporters All Blacks peuvent exulter. © Radio France - Arnaud Carré

Les couacs

A vrai dire, il n’y en a pas eu beaucoup. On citera l’erreur d’arbitrage de Craig Joubert qui a privé l’Ecosse d’une place en demi-finale, erreur reconnue, et c’est une première, par World Rugby. Ensuite, le choix surprenant de Milton Keynes pour accueillir trois matches, dont le France / Canada. Une ville fantôme, sans vie, sans âme avec ses rues bien droites, ses ronds points à foison et ses centres commerciaux impersonnels. Enfin, la nourriture anglaise qui est vraiment l’exemple culinaire à ne pas suivre. Pour bien manger en Angleterre, c’est simple, il ne faut pas manger anglais. Mais ça, on nous avait prévenus… 

Photo souvenir pour ces supporters des Bleus. - Radio France
Photo souvenir pour ces supporters des Bleus. © Radio France - Arnaud Carré

>>> Notre dossier spécial consacré à la Coupe du monde de rugby