Rugby

Coupe du monde de rugby | Yannick Nyanga : "Avec un coeur énorme"

Par Arnaud Carré, France Bleu jeudi 17 septembre 2015 à 8:28

Yannick Nyanga, passé cet été de Toulouse au Racing 92.
Yannick Nyanga, passé cet été de Toulouse au Racing 92. © Radio France

A 32 ans, le troisième ligne aile s'apprête à vivre une deuxième Coupe du monde après celle de 2007. Il sait que les Bleus ont le potentiel pour bien figurer mais sait surtout que c'est sur le terrain qu'il va falloir le démontrer. Première réponse samedi face à l'Italie.

France Bleu : L’Italie, déjà un rendez-vous décisif ?

Yannick Nyanga : Tous les matches sont décisifs. C’est difficile à expliquer à des non-initiés. On voit un tableau, on se dit qu’on a déjà battu telle ou telle équipe et on a l’impression que tout se passe tout seul mais ça ne se passe pas comme ça.

Un furieux combat samedi et un autre quatre jours plus tard face aux Roumains ?

Avec deux matches en quatre jours notre groupe va être mis à rude épreuve. Les joueurs qui seront concernés pour l’Italie vont devoir porter très haut nos couleurs et pour ceux qui seront concernés par le deuxième match, ce sera la même chose. Si on veut aller loin dans cette compétition il nous faut un groupe fort de 31 joueurs. Et on va vite voir si on est prêt pour cette compétition.

Je n'ai rien de prévu le 31 octobre. Si on a besoin de moi, je serai libre...

La recette pour battre l’Italie : vitesse et précision ?

C’est une équipe de haut niveau. J’ai eu la chance d’avoir leur entraîneur en équipe de France et je peux vous garantir que c’est un entraîneur qui sait exactement où il va, qui est très précis dans ce qu’il veut et très clair dans ce qu’il attend des joueurs. Je suis convaincu que les Italiens seront prêts mais nous aussi. Il y a des conditions pour gagner un match, la défense, la conquête, je ne vais pas vous refaire le topo mais ce sera ça avec un cœur énorme.

Certains de vos coéquipiers disent venir ici pour être champions du monde. C’est votre cas aussi ?

Si on donne le meilleur de nous-mêmes, en équipe et que ça se passe bien, on ne sera pas loin de l’objectif affiché par certains. Maintenant, ça ne sert à rien de le dire. Tout le monde peut dire qu’il veut être champion du monde. Il faut le faire sur le terrain.

Notre dossier Coupe du monde de rugby 2015