Rugby

Dan Carter : "C'est une nouvelle équipe, rien à voir avec 2007"

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu lundi 12 octobre 2015 à 18:38

Dan Carter, l'un des "survivants" de la défaite de 2007 face à la France
Dan Carter, l'un des "survivants" de la défaite de 2007 face à la France © Maxppp

C'est dans la ville galloise de Swansea que les stars All Blacks préparent cette semaine leur quart de finale de Coupe du monde de rugby face aux Bleus. France/Nouvelle-Zélande, c'est tout sauf une revanche de 2007 pour Dan Carter.

Une petite piste d'athlétisme, un terrain de rugby protégé des regards par un mur, une piscine municipale, c'est là, à Swansea, à une heure de route du Millennium stadium, que les stars néo-zélandaises préparent tranquillement leur quart de finale de Coupe du monde face à l'équipe de France. Et si trois gardes du corps reconnaissables à leur carrure et leur tenue "all black", veillent aux allées et venues des journalistes notamment, les joueurs, eux, sont apparus très décontractés ce lundi midi, pour leur première conférence de presse d'avant-match. En particulier, le très attendu Dan Carter, tout sourire et qui plaisante  d'avoir eu son capitaine Richie McCaw comme porteur d'eau, face aux Tonga : même le rappel de l'échec cuisant de 2007 face à la France n'a pas réussi à lui faire lever un sourcil ou lui faire perdre son flegme. 

Une conférence qui s'est tenue dans une toute petite salle, comme une salle de classe, sans chichi, sans fioriture.

Première conférence de presse de la semaine pour les All Blacks - Radio France
Première conférence de presse de la semaine pour les All Blacks © Radio France - Fanny Lechevestrier

Parmi les joueurs présents donc à cette première conférence de presse, le futur demi d'ouverture du Racing 92, star du rugby mondial : Dan Carter,  109 sélections et plus de 1500 points marqués avec la Nouvelle-Zélande. A 33 ans, il participe à sa quatrième Coupe du monde avec un seul objectif en tête : la gagner.

"Je suis excité, impatient, de jouer contre la France" - Dan Carter

Que pensez-vous de ce quart de finale?

Je suis très excité, très enthousiaste à l'idée de jouer la France samedi. J'ai vu le match d'hier mais cela ne veut rien dire. Les Français joueront différemment samedi prochain. 

Avez-vous une revanche à prendre sur 2007 (la France avait éliminé la Nouvelle-Zélande en quart de finale 18-20, déjà au Millennium de Cardiff)?

Non. Ce n'est pas quelque chose dont nous parlons entre nous. C'est important pour le public, pour les journalistes mais le passé, c'est le passé. Dans l'équipe, nous devons avoir trois joueurs seulement qui ont disputé ce match en 2007 (Dan Carter, Richie McCaw et Tony Woodcock blessé et forfait).Aujourd'hui, c'est une nouvelle équipe, de nouveaux joueurs, cela n'a donc rien à voir*. Nous avons tellement joué de matches depuis. Nous regardons devant et pas en arrière. Nous sommes passés à autre chose et sommes plus excités par le défi qui nous attend samedi. Et puis, on peut dire la même chose des Français sans doute. Après notre victoire, il y a quatre ans (victoire sur le fil en finale de la Coupe du monde 2011 7/8),  ils doivent aussi avoir envie de nous jouer. 

Sonny Bill Williams, autre star des All Blacks présente (à gauche) - Radio France
Sonny Bill Williams, autre star des All Blacks présente (à gauche) © Radio France

La France fait encore peur après son match contre l'Irlande? Vous pensez qu'ils peuvent s'améliorer en une semaine?

Oui, vraiment. Après les phases de poule, dans les matches à élimination directe, c'est une équipe différente qui se présente. Ils ont été déçus de la façon dont ils ont joué hier soir, ils vont vouloir se rattraper. Et puis, avec les Français, il faut s'attendre à tout : ils peuvent être très mauvais et la semaine suivante, sensationnels. Ils sont imprévisibles. Remember 2011.

Le camp d'entraînement des All Bl, à Swansea, avant France/Nouvelle-Zélande - Radio France
Le camp d'entraînement des All Bl, à Swansea, avant France/Nouvelle-Zélande © Radio France - Fanny Lechevestrier