Rugby

Dan Carter : "Il faudra sortir le grand jeu pour avoir une chance"

Par Arnaud Carré, France Bleu jeudi 22 octobre 2015 à 15:55

Dan Carter s'apprête à jouer son quinzième match en coupe du monde.
Dan Carter s'apprête à jouer son quinzième match en coupe du monde. © Radio France - Arnaud Carré

A deux jours de la demi-finale de la coupe du monde face aux Springboks, l’ouvreur vedette néo-zélandais a été mitraillé de questions par les journalistes. Il annonce que ce match n’aura rien à voir avec la promenade de santé effectuée face aux Français en quart.

L’immense véranda de l’Oatlands Park Hotel est vite devenue trop petite. Tous les médias accrédités ou presque s’étaient donné rendez-vous pour la conférence de presse des All Blacks.

Le sélectionneur Steve Hansen est d'abord venu expliquer son choix de repartir avec la même équipe, à l’exception de Joe Moody qui remplace Wyatt Crockett au poste de pilier gauche.

Ils ont un jeu très physique. Quand tu les as rencontrés, tu mets plusieurs jours à t'en remettre
— Dan Carter

Mais c’est bien sûr Dan Carter, tout sourire, qui a concentré le feu médiatique. L’ouvreur néo-zélandais se prépare au défi qui l’attend samedi à Twickenham. « Ils ont un jeu très physique. Quand tu les a rencontrés, tu mets plusieurs jours à t’en remettre. Ça va être un énorme challenge. »

En 90 matches, les All Blacks n’ont gagné « que » 52 fois, ce qui est loin de leurs standards habituels. Un chiffre à relativiser car depuis la fin de l’apartheid et l'arrivée du professionnalisme, la Nouvelle-Zélande est largement devant (31 victoires pour 14 défaites).

La meute des journalistes lors de la conférence de presse de jeudi midi. - Radio France
La meute des journalistes lors de la conférence de presse de jeudi midi. © Radio France - Arnaud Carré

Il n’empêche, Daniel Carter et ses coéquipiers vont devoir s’employer. En tous cas, l’opposition sera tout autre que lors de "l’entraînement de Cardiff", où ils avaient récité leur rugby face à un XV de France trop vite dépassé.

« Dans cette équipe sud-africaine, il y a un bel équilibre, avance le futur joueur du Racing 92. Il y a des jeunes brillants et talentueux qui ont gagné la coupe du monde des moins de 20 ans en Nouvelle-Zélande mais aussi des gars très expérimentés, qui sont depuis longtemps sur le terrain. Et tout ça en fait une équipe très dangereuse. Ils ont appris de leurs défaites, les Springboks grandissent. Ils sont en demi-finale, c’est mérité et il faudra qu’on sorte le grand jeu ce week-end pour avoir une chance. »

Bryan Habana ? Je sais que je vais avoir du boulot face à lui
— Julian Savea

Les All Blacks ont tout de même remporté six des sept dernières confrontations mais il s’agit d’une demi-finale de coupe du monde et le patron du rugby mondial a connu trop de désillusions dans cette épreuve alors qu’il était grand favori, pour s’avancer crânement vers le rendez-vous.

A seulement 25 ans, Julian Savea est parti pour battre tous les records. - Radio France
A seulement 25 ans, Julian Savea est parti pour battre tous les records. © Radio France - Arnaud Carré

La Nouvelle-Zélande semble pourtant plus forte et équilibrée qu’en 2011 avec un demi de mêlée de très haut niveau, Aaron Smith, et une fusée à l’aile en la personne de Julian Savea. Le jeune prodige (38 essais en 39 sélections dont déjà huit dans la compétition) fera face à un certain Bryan Habana, co-recordman du nombre d’essais marqués (15) en coupe du monde.

«On porte le même numéro, petit je le regardais, et je sais que je vais avoir du boulot face à lui, explique calmement le joueur des Hurricanes. Il est très dangereux, bon défenseur, et il aime aussi marquer des essais. Mais pour cette demi-finale, chacun repart de zéro. Ce sera différent mais je me suis bien préparé. La comparaison avec Jonah Lomu ? C’est toujours un honneur mais je me concentre sur ce match. C’est énorme d’y participer et je vais faire ce que je sais faire pour l’équipe. »

►►►Toutes les infos sur la coupe du monde de rugby dans notre dossier spécial