Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Didier Lacroix : "le Stade Toulousain est en danger si l'État ne réagit pas"

-
Par , France Bleu Occitanie

Invité de 100% Club sur France Bleu Occitanie, le président du Stade Toulousain a insisté sur les profondes difficultés des clubs de rugby, mais aussi d'autres sports, à cause de la crise du coronavirus. Une aide de l'Etat doit venir, mais la forme est encore inconnue.

Didier Lacroix attend un soutien à la hauteur, de la part de l'Etat.
Didier Lacroix attend un soutien à la hauteur, de la part de l'Etat. © Maxppp - XAVIER DE FENOYL

Didier Lacroix a plusieurs fois tiré la sonnette d'alarme concernant la situation financière des clubs de rugby. Une situation inquiétante avec une jauge à 5.000 spectateurs, et encore plus avec une jauge à 1.000. Ce jeudi 8 octobre sur France Bleu Occitanie, le président du Stade Toulousain estime ainsi que "le Stade Toulousain est en danger si l'État ne réagit pas". Mais le dirigeant rouge et noir précise que "l'Etat a fait savoir qu'il avait préparé une réponse, mais dont on ne connaît pas les termes précis pour le sport professionnel".

Le champ d'action pourrait concerner le rugby mais aussi le tennis et les sports de salle, très dépendants des recettes de billetterie.  "On ne sait pas quel sera le fonds alloué, mais on sait d'ores et déjà qu'il y aura quelque chose. Le détail nous permettra de savoir si c'est suffisant ou insuffisant". Selon Didier Lacroix, "avec des aides d'Etat, on ne sera pas en danger de mort, mais il faudra voir les incidences réelles".

Impossible de savoir pour l'instant s'il s'agira de baisses de charge ou d'apport financier de la part de l'Etat. Mais selon Didier Lacroix, l'aide était grandement espérée : "habituellement dans le monde du rugby, on essaie d'être le plus autonome possible, sans utilisation d'argent public. Mais on en a vraiment besoin".

Didier Lacroix a aussi défendu les jauges proportionnelles, adaptées aux tailles des stades. Ce qui permettrait aux clubs d'engranger un peu plus de recettes de billetterie, tout en maintenant une distanciation suffisante entre spectateurs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess