Rugby

Emile Ntamack : "Aucune crainte à avoir contre la Roumanie"

Par Adrien Mathieu, France Bleu Gironde et France Bleu mardi 22 septembre 2015 à 13:44

Ntamack, entraîneur des arrières de l'UBB
Ntamack, entraîneur des arrières de l'UBB © Radio France - Radio France

Emile Ntamack, l'ancien international du XV de France, et aujourd'hui entraîneur des arrières de l'UBB, revient sur le début de compétition des Bleus et le prochain adversaire roumain. Il évoque aussi Sofiane Guitoune qui a des chances, selon lui, de prendre la place de Yoann Huget, blessé.

La Roumanie se profile désormais, comment vous voyez cette rencontre face à un adversaire jugé nettement inférieur ?

Je ne vois pas d’opposition sérieuse sur cette rencontre pour les Bleus qui s’imposeront avec le bonus offensif, je pense. Les garçons ont, eux, tous un challenge individuel. Ils doivent jouer leur partition, tout en n’oubliant pas le collectif. Ça tombe bien, l’adversaire n’est pas dangereux, ils vont pouvoir proposer du jeu.

On a vu le Japon battre l’Afrique du Sud à la surprise générale. Pensez-vous que les Bleus soient à l’abri d’une telle désillusion ?

Le Japon est une nation qui monte, supérieur à la Roumanie. On avait eu pas mal de difficultés en 2011. Avec tout le respect qu’on a pour eux, la Roumanie est encore très loin. Il n’y a aucune crainte à avoir.

On regarde le plus de match possible afin de découvrir d’autres rugbys

 Êtes-vous satisfaits du contenu produit par le XV de France contre l’Italie, après sa victoire 32-10 ?

 La victoire était essentielle pour bien rentrer dans la compétition, même si les Italiens n’ont pas proposé de réels dangers, à part l’opposition physique. L’Equipe de France va monter doucement en régime, afin d’être vraiment à fond contre l’Irlande.

En tant que joueur, vous avez également affronté des équipes de ce niveau. Comment vous les abordiez ?

Avec respect et humilité, il ne faut pas se focaliser sur l’adversaire, mais sur ce que les Bleus vont produire. La Roumanie va démarrer sa compétition et va être directement dans le combat pour faire honneur à son maillot. La stratégie et les joueurs de renom, sur le terrain, suffiront à faire la différence. 

Regardez-vous cette coupe du monde en tant que simple spectateur ou avez-vous un œil attentif pour repérer des joueurs, susceptibles de rejoindre l’UBB plus tard ?

Je suis avant tout passionné, je regarde le plus de rencontre possible afin de découvrir d’autres rugbys. Je n’exclus pas de découvrir certains joueurs qui évoluent dans des nations inférieures comme le Japon, les Etats-Unis ou l’Uruguay. Pour l’Union Bordeaux-Bègles j’espère surtout que les mondialistes ne se blesseront pas (Talebula/Fidji, Avei/Samoa, Ashley-Cooper/Australie, Kepu/Australie et Guitoune/France)

Avec la blessure tragique de Yoann Huget, les cartes sont redistribuées

En parlant de l'UBB, Sofiane Guitoune sera titulaire pour affronter la Roumanie, quel est votre sentiment après cette annonce ?

Je me mets à sa place, déjà il doit être sincèrement content de pouvoir démarrer son mondial. Il doit s’en servir comme une motivation supplémentaire car avec la blessure tragique de Yoann Huget, les cartes sont redistribuées. En tant qu’ailier pur, il a une vraie place à défendre car s’il fait une rencontre pleine, il peut prendre une place de titulaire.

Comment peut-il marquer des points auprès de Philippe Saint-André ?

Le staff va être attentif forcément à son efficacité. Le XV de France vient de perdre un joueur décisif, Sofiane joue gros. Il est le seul pur ailier du groupe, avec Noa Nakaitaci. C’est un vrai finisseur, dans ce rôle-là il sera attendu. Bien sûr, Saint-André peut repositionner Fofana, Dulin ou Fickou. Dans la justesse de ce qu’il va proposer, dans sa capacité à être très mobile sur le terrain et dans son rôle d’ailier marqueur, je répète, Sofiane peut bousculer la hiérarchie.

Emile Ntamack évoque la titularisation et les chances de Sofiane Guitoune

Notre dossier Coupe du monde de rugby 2015