Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

ENTRETIEN - Didier Lacroix : "Heureux de retrouver du public à Wallon"

Par

À l'occasion du Supersevens ce samedi 21 août à Ernest Wallon, le président du Stade Toulousain Didier Lacroix ne peut qu'être heureux de voir le rugby regagner son stade grâce à la compétition de rugby à 7. Un président heureux, fier et déterminé avant le retour du Top 14.

Didier Lacroix, le président du Stade Toulousain. Didier Lacroix, le président du Stade Toulousain.
Didier Lacroix, le président du Stade Toulousain. © Maxppp - XAVIER DE FENOYL

C'est le retour du rugby à Ernest Wallon ! La deuxième étape du Supersevens fait escale à Toulouse après Aix-en-Provence avant d'aller à la Rochelle. Le Supersevens, c'est LA première compétition professionnelle de rugby à sept. Une aubaine pour le président du Stade Toulousain Didier Lacroix qui retrouve des supporters dans son antre avant la reprise du TOP 14.

Publicité
Logo France Bleu

Un président heureux de retrouver du public à Wallon grâce au Supersevens ?

Didier Lacroix : "C'est un bon trait d'union entre le moment où on reprend la saison avec le plus grand sérieux et en mettant les compteurs à zéro, mais également le format du sept qui est un rugby festif. Il permet effectivement de remettre le pied à l'étrier, de retrouver du ballon, avec plaisir, avec le pass sanitaire. On a bien l'impression que cette fois-ci, l'étau se resserre et que l'on va pouvoir enfin avoir du public sans être sous forme de jauge ou sous forme de huis clos."

Le rugby à 7 est-il sur sa lancée ?

D.L : "Oui, la Ligue Nationale de Rugby (LNR) s'était donné cet objectif de gérer cette compétition de façon officielle. Là, ça passe avec trois étapes qualificatives, une à Aix, une à Toulouse, une à La Rochelle la semaine prochaine, qui nous permettra. Concernant le Stade Toulousain on n'a pas mis tous les moyens pour pouvoir structurer le rugby à 7. Ugo Mola (le coach du Stade Toulousain) et l'ensemble de l'équipe encadrante s'en servent pour préparer la saison. C'est le but sans en faire un objectif. Je ne peux pas vous dire qu'on a fait un objectif du 7 cette année, mais c'est une compétition intéressante que l'on regarde avec attention."

Toulouse à deux titres à défendre, dans quel état d'esprit êtes-vous ?

D.L : "C'est difficile de ne pas savourer une saison exceptionnelle, tellement longue. Bien entendu, on a pris le temps, mais assez rapidement. Il faut se remettre au travail, se remettre à l'évidence, préparer l'ensemble de l'intersaison avec nos partenaires, avec nos abonnés, avec l'ensemble du public. On a mis les compteurs à zéro et on souhaite encore une fois essayer de s'inscrire le plus longtemps dans l'histoire, comme le Stade Toulousain a eu l'habitude de faire."

On a le droit d'être confiant pour cette nouvelle saison ?

D.L : "Il faut essayer d'être fidèle à nous-mêmes. On a un effectif relativement stable. Il y a encore des joueurs qui sortent de la formation. On est en train de regarder sur les années 2000, 2001, 2002. On regarde qui est en capacité de monter, titiller les titulaires en place. C'est aussi ça, le Stade Toulousain. C'est comme ça que l'on s'efforce de garder notre effectif. Le recrutement est déjà en cours sur les postes que l'on n'aura pas formés. C'est tout simplement fidèle à notre stratégie, à nos valeurs."

Publicité
Logo France Bleu