Rugby

Equipes de France : Jean-Michel Gonzalez écarté, victime d'une chasse aux sorcières ?

Par Thibault Vincent et Paul Nicolaï, France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque et France Bleu vendredi 30 décembre 2016 à 18:53

Jean-Michel Gonzalez (à gauche) et Philippe Laurent, entraineurs de l'équipe de France depuis septembre 2014, lors d'un stage à Canet-en-Roussillon en février 2016
Jean-Michel Gonzalez (à gauche) et Philippe Laurent, entraineurs de l'équipe de France depuis septembre 2014, lors d'un stage à Canet-en-Roussillon en février 2016 © Maxppp -

Jean-Michel Gonzalez et Philippe Laurent ont appris qu'ils n'étaient plus les entraîneurs de l'équipe de France féminine de rugby. Une éviction "sans aucune explication" à 7 mois de la Coupe du Monde en Irlande (9-26 août 2017). Jean-Michel Gonzalez s'estime victime de sa proximité avec Pierre Camou

Nommés entraîneurs de l'équipe de France féminine après la Coupe du Monde 2014 en France, que les Bleues ont terminé à la 3e place, Jean-Michel Gonzalez et Philippe Laurent ont appris cette semaine qu'ils étaient déchargés de leurs fonctions, sans obtenir d'explications sur les motivations de la Fédération Française de Rugby. La nouvelle équipe dirigeante de la FFR n'a d'ailleurs pas pris la peine de les avertir de son propre chef, apprend-on de la bouche de l'ancien talonneur international, Jean-Michel Gonzalez :

Sans nouvelles de la nouvelle équipe dirigeante de la FFR, Jean-Michel Gonzalez raconte avoir appris son éviction en appelant la nouvelle manager des Bleues

"Tous ceux qui étaient proches de Camou ils leur coupent la tête"

Le bilan sportif de l'équipe de France féminine, qui a remporté le tournoi des 6 Nations 2016 (2e en 2015), ces deux dernières saisons ne semble pas en cause. A 7 mois d'une coupe du Monde et alors qu'un groupe de 36 joueuses pour préparer cet événement a d'ores et déjà été désigné et que des "process" ont été mis en place pour accompagner les filles retenues jusqu'à l’événement, cette éviction des entraîneurs est surprenante. Pour Jean-Michel Gonzalez, ancien première ligne et entraîneur du Biarritz Olympique notamment, la seule explication possible est qu'il paie sa proximité avec l'ancien président de la FFR qui l'avait nommé en compagnie de Philippe Laurent il y a 2 ans :

Jean-Michel Gonzalez se dit déçu d'être évincé à 7 mois de la coupe du Monde et estime être victime de sa proximité avec l'ancien président Pierre Camou

Les nouveaux entraîneurs de l'équipe de France féminine de rugby ne sont pas encore connus. Quant à Jean-Michel Gonzalez, certes déçu et un peu amer du procédé, il a décidé de s'en laver les mains et de retourner à ses occupations professionnelles, ainsi qu'à son rôle de manager et grand gourou de la section féminine de l'AS Bayonne, dont l'équipe première est actuellement leader invaincu de son groupe en Elite 2 et vise la montée en Top 8.