Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Rugby - Champions Cup : "L'UBB n'a rien à perdre" pour Laurent Marti

vendredi 13 novembre 2015 à 17:21 Par Clément Carpentier, France Bleu Gironde

Le président de l'UBB est impatient et excité à l'idée de voir son équipe jouer son premier match de Top 14. Il revient sur le long chemin parcouru de la Pro D2 à la Champions.

Laurent Marti, le président de l'UBB
Laurent Marti, le président de l'UBB - Maxppp

France Bleu Gironde : Quel est votre état d'esprit avant ce match historique ? 

Laurent Marti : Pour nous, c'est une découverte. D'ailleurs on le ressent cette semaine à l'entraînement avec le retour de cette insouciance du débutant que l'on avait à notre arrivée en Top 14. On sait qu'on va affronter une équipe prestigieuse dans une très grande compétition. 

On l'aborde avec de la conviction et avec l'envie de remporter cette première rencontre. Mais sans pression particulière car comme vous vous en doutez la Champions Cup n'est pas un objectif prioritaire pour l'UBB. 

C'est aussi une étape importante dans l'histoire du club ? 

On peut parler de fait marquant comme lorsque nous sommes montés en Top 14. Maintenant, on a cette qualification et il va falloir en profiter. Quand je vois la difficulté de notre championnat, rien ne dit que nous allons rejouer rapidement cette compétition. On a le 9ème budget du Top 14 et on espère finir 6ème mais ça s'annonce très compliqué. Il ne faut pas oublier qu'on s'est qualifié à la dernière minute d'un barrage européen. Il faut donc en profiter ! 

Est-ce qu'il y a une certaine fierté personnelle ? 

Non, c'est plutôt un sentiment de bonheur. Cette semaine, j'ai vu beaucoup de sourire et ça fait du bien. On est quand même nombreux encore au club à avoir vécu des moments difficiles par le passé. 

Aujourd'hui, on est content, excité et ils nous tardent d'être à dimanche pour vivre cet événement. 

Qu'est que cela fait de passer de la Pro D2 à la Champions Cup en quelques années ? 

Justement là (dans les tribunes du stade André Moga), on est bien placé pour en parler. Je me souviens de matchs à 2 ou 3 000 personnes et la première année on avait failli descendre donc on se dit que l'on revient de loin. Pour l'instant, on a fait du bon boulot et parcouru un bon bout de chemin. 

Est-ce qu'il faut la jouer à fond cette Champions Cup ? 

Oui, sans aucun doute !  Après il faut les jouer à fond ces matchs en s'enlevant cette chape de plomb que l'on a en Top 14. C'est-à-dire que lorsqu'on joue en championnat dès que vous perdez un match à domicile, vous commencez à trembler et à la deuxième défaite, c'est le drame. Là, on sait qu'il n'y a pas de grands risques. 

L'UBB n'a rien à perdre. La seule chose qu'elle aurait à perdre, c'est de pas jouer sa carte à fond avec beaucoup d'envie, de furia et de plaisir.