Football

Foot – Girondins de Bordeaux : une bonne gueule de bois après la raclée à Nice

Par Adrien Mathieu, France Bleu Gironde jeudi 24 septembre 2015 à 16:58

Ambiance morose au Haillan après la raclée à Nice
Ambiance morose au Haillan après la raclée à Nice © Radio France - Clément Carpentier

Totalement sonnés mercredi soir après la cuisante défaite 6-1 subie à Nice, les Girondins ont repris le chemin de l’entraînement. Devant une telle prestation calamiteuse, Willy Sagnol n'a pas trouvé d’explications tandis que les supporters bordelais exprimaient leur incompréhension.

Ce jeudi matin au Haillan, le ciel était maussade, tout comme l’humeur des Girondins, après leur retour de Nice. Ils reviennent les bagages remplis de doutes, après cette incroyable humiliation (Bordeaux n’avait plus encaissé six buts dans un même match depuis vingt ans). Plus que le bilan comptable médiocre (sept points sur 21 possibles), c'est l'état d'esprit qui inquiète.

Un vestiaire touché

Avec ces six buts encaissés, les Bordelais dégringolent à la seizième place et voient leur dynamique de début de saison totalement interrompu. Les prestations convaincantes contre Paris (2-2) et Liverpool (1-1) semblent à des années lumières du contenu proposé à Nice.

C’est une belle humiliation, on ressent de la honte 

— Clément Chantôme

Clément Chantôme et Nicolas Maurice-Belay sont les deux joueurs qui se sont présentés à la presse ce jeudi. Pour le premier, ancien milieu du PSG, le traumatisme est encore présent : "c’est une belle humiliation, on ressent de la honte. Je ne le prends pas personnellement mais vis-à-vis du club. On est payé par un employeur et ça fait mal de prendre une gifle pareille."

Après le coup de sifflet de final, les Bordelais sont restés longuement dans leur vestiaire à l’Allianz Riviera à Nice. Willy Sagnol et ses joueurs se sont exprimés librement, entre eux, pour essayer d’expliquer cette performance calamiteuse. Il n’y a pas eu de réponse suffisamment convaincante, démontrant ainsi que le vestiaire n’est pas aussi serein qu’on pourrait le croire.

Le technicien bordelais est revenu en longueur sur cette lourde défaite, mettant les joueurs devant leurs responsabilités. Il souhaite réveiller leur orgueil afin de voir une : "_r_éaction d’hommes". Il sait qu’avec une nouvelle défaite contre Lyon, et l’enchaînement des rencontres avec l’Europa League, la situation des Girondins pourrait s’aggraver.

"Forcément touchés"

Incompréhension chez les supporters

Pour les quelques fans des Girondins présents, c’était la soupe à la grimace. Ils n’ont pas pu voir les titulaires de la déroute, partis en décrassage. Néanmoins, ils ont pu assister à la séance des remplaçants, avec Kiese Thelin, Gajic, Jussiê, Sané et… Khazri, qui avait pourtant joué la veille.

Pour Jérôme, supporter des DCM 1997, groupe de fans des Girondins venus de Charente-Maritime, c’est l’étonnement qui domine : "ça s'est passé tellement vite, les ratés de Khazri, le rouge de Crivelli, puis 3-1, 4-1, 5-1, 6-1… On n’a pas vu venir cette punition. Le début de saison était encourageant, même si la performance contre Toulouse présentait des signes inquiétants."

Ce match était horrible à suivre 

— Stéphane, supporter des Girondins

Chez Stéphane, un autre fan des Girondins, un sentiment de résignation apparaît même. Il suit les Marines et blancs depuis plusieurs années et ce n’est pas la première fois qu’il vit ces moment-là : "Avec les Girondins on peut s’attendre à tout. Ce n’est pas la première fois qu’on se prend des grosses branlées… Ce match était horrible à suivre. Les joueurs ne faisaient aucun effort, ils marchaient simplement." 

Les supporters expriment leur incompréhension après la claque reçue à Nice

La dernière fois que les Girondins étaient autant passés à travers, c’était l’an dernier, à la maison, contre Lyon (5-0) mais cette fois, il n’y a pas de vacances derrière pour récupérer et oublier. Les Girondins n’ont pas le temps de se lamenter, ils rejouent dès ce samedi contre… Lyon, à 20h, au Matmut Atlantique.