Société

France Angleterre : premier match international de rugby féminin au stade Guy Boniface à Mont-de-Marsan le 17 mars

Par Frédéric Denis, France Bleu Gascogne dimanche 18 décembre 2016 à 13:01

Le stade Guy Boniface à Mont-de-Marsan va accueillir pour la première fois un match international de rugby féminin France Angleterre le 17 mars à 20h
Le stade Guy Boniface à Mont-de-Marsan va accueillir pour la première fois un match international de rugby féminin France Angleterre le 17 mars à 20h © Radio France - Frédéric Denis

Une première au stade Guy Boniface à Mont-de-Marsan. L'enceinte accueillira un match international de rugby féminin le 17 mars : France-Angleterre en moins de 20 ans. Le comité des Landes de rugby espère ainsi faire augmenter le nombre de licenciées en rugby chez les filles dans le département.

C'est du jamais vu au stade Guy Boniface de Mont-de-Marsan. Le stade va accueillir un match international de rugby féminin le vendredi 17 mars prochain à 20 h. Et pas n'importe quelle affiche : France-Angleterre en moins de 20 ans.

L'équipe de France féminine de rugby des moins de 20 ans viendra jouer face à l'Angleterre au stade Guy Boniface le 17 mars à 20h - Aucun(e)
L'équipe de France féminine de rugby des moins de 20 ans viendra jouer face à l'Angleterre au stade Guy Boniface le 17 mars à 20h - Fédération Française de Rugby

L'équipe de France féminine de Rugby arrivera le dimanche 12 mars au soir à Mont-de-Marsan et restera dans la préfecture des Landes jusqu'au samedi 18 mars. Les joueuses s'entraîneront tous les jours à la plaine des jeux à Mont-de-Marsan, deux fois par jour normalement. Les entraînements seront ouverts au public.

Le comité des Landes de rugby a voulu organiser cet événement pour tenter de faire augmenter le nombre de licenciées en rugby chez les filles dans le département.

Aujourd'hui, 500 landaises ont leur licence pour pratiquer le rugby, c'est deux fois plus qu'en 2014 mais ça représente seulement 5% des 9400 licenciés landais.

La coupe du monde rugby féminin en France il y a deux ans a provoqué un regain d'intérêt pour ce sport chez les filles dans les Landes.

Pourtant, il y a encore des freins au développement du rugby féminin dans les Landes : le poids de la tradition et le manque de moyens poussent les clubs à privilégier les garçons, les sections masculines.

Les clubs de rugby des Landes préfèrent donc, en général, mettre leur moyens pour faire tourner les sections masculines. Payer les déplacements en bus, les équipements, les maillots, ça peut coûter jusqu'à 5000€ par saison.

"Le rugby féminin est un rugby avec moins de contact, avec beaucoup plus d'évitement. C'est peut-être pas toujours aussi valorisant que de s'occuper des garçons" Max Godemet président du comité des Landes de rugby à propos du manque d'éducateurs dans les clubs pour créer des sections féminines.

Les clubs de rugby qui voudraient monter une section féminine ont aussi du mal à trouver des dirigeants, des éducateurs.

Les freins au développement du rugby féminin dans les Landes : reportage France Bleu Gascogne de Frédéric Denis

Le comité des Landes de rugby met en place des actions pour développer le rugby féminin dans les Landes. Si un club landais ne veut pas créer de section féminine, une joueuse qui voulait pratiquer dans son secteur peut obtenir gratuitement une licence auprès du comité.

La Fédération Française de Rugby autorise ses comités en région à délivrer gratuitement des licences aux filles dont les clubs de rugby les plus proches de chez elles ne souhaitent pas monter de section féminine.

Les comités de rugby, organe de la Fédération Française de Rugby en région, crée aussi des équipes féminines pour permettre aux joueuses de s'entraîner, de s'affronter.

Les actions du comité des Landes de rugby pour développer le rugby féminin dans les Landes : reportage France Bleu Gascogne de Frédéric Denis

La pression des pratiquantes de rugby elles-mêmes finit par payer : une dizaine de clubs landais ont aujourd'hui une section féminine. Herm, Hagetmau, Gabarret, Pomarez, Montfort, Mugron, Saint-Martin-de-Seignanx, Mont-de-Marsan, Mimizan.