Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : les médias une nouvelle fois ciblés par des violences à Toulouse

dimanche 13 janvier 2019 à 21:03 Par Simon Cardona, France Bleu Occitanie et France Bleu

Une journaliste de La Dépêche du Midi a été agressée samedi 12 janvier en marge des manifestations de l'acte 9 des "Gilets jaunes" à Toulouse. Reporter Sans Frontières lance un cri d'alarme.

Des manifestants à Toulouse lors de l'acte 9 des "Gilets jaunes"
Des manifestants à Toulouse lors de l'acte 9 des "Gilets jaunes" © Radio France - Raphael Cann

Toulouse, France

Même si la plupart des "Gilets jaunes" jouent le jeu et acceptent de répondre aux questions des journalistes, une minorité de personnes s'en prend à cette profession depuis le début du mouvement. Une nouvelle fois samedi 12 janvier, une journaliste a été agressée. Ce qui a poussé l'ONG Reporters sans frontières à lancer un cri d'alarme à ce sujet. 

"On va te violer, te niquer, tu es la catin de la préfecture "

Ce samedi 12 janvier, en marge de la manifestation de l'acte 9 des "Gilets jaunes" à Toulouse, une journaliste de La Dépêche du Midi rentre de reportage quand plusieurs individus la prennent à partie. Elle témoigne dans le journal de nos confrères : "Je venais de récupérer la voiture stationnée dans le parking souterrain François-Verdier, après la manifestation. En sortant, j’ai été bloquée par plusieurs individus qui m’ont menacée. 'On va te violer, te niquer, tu es la catin de la préfecture...'" Sa voiture de fonction a été dégradée. Une plainte a été déposée ce dimanche 13 janvier pour "dégradations volontaires."

En décembre, lors de la mobilisation des lycéens, c'est un journaliste de France 3 Midi-Pyrénées qui s'est fait agresser. Sa caméra avait été détruite. 

Deux semaines auparavant, des équipes de BFMTV et CNews avaient été poursuivies par des manifestants, place du Capitole. Au total, au minimum huit journalistes auraient été ciblés par des violences dans le sud-ouest depuis le début du mouvement. 

Le cri d'alarme de Reporters sans frontières

Même si les cas cités ci-dessus restent minoritaires et que la grande majorité des reportages effectués se passent sans problème, cette énième agression a poussé l'ONG Reporters sans frontières à réagir. Son secrétaire général, lance "un cri d'alarme". "Incontestablement, un cap a été franchi !", a affirmé Christophe Deloire sur le plateau de BFMTV. Il a demandé à ce que les représentants des "Gilets jaunes" condamnent ces violences. Tout en saluant tous les manifestants "qui essayent de protéger" les journalistes pris à partie. 

À noter qu'un journaliste de France 3 a lui aussi été la victime collatérale de projectiles pendant qu'il couvrait la manifestation de l'acte 9 samedi 12 décembre.