Rugby

Guillaume Vilaceca (USAP) veut "transmettre un peu d'envie et d'esprit catalan"

Par Cyrille Manière, France Bleu Roussillon mercredi 31 août 2016 à 17:33

Guillaume Vilaceca, "le dernier des derniers" à l'USAP
Guillaume Vilaceca, "le dernier des derniers" à l'USAP © Radio France - Cyrille Manière

Guillaume Vilaceca est le "dernier des derniers", le dernier champion 2009 encore en activité dans l'effectif de l'USAP. Le Catalan a encore un impact très fort dans le groupe et il veut continuer à transmettre des valeurs. Il sera titulaire ce jeudi pour le match de l'USAP à Aurillac.

France Bleu Roussillon : Heureux de retrouver cette place de titulaire en deuxième ligne ?

Guillaume Vilaceca : Il fallait bien revenir à un moment donné. C'est bien de commencer à l'extérieur, ça enlève de la pression.

FBR : Comment ça se passe pour vous depuis la reprise ?

GV : Comme tout le monde : on apprend à découvrir le nouvel entraîneur, le projet de jeu. On avance. On a eu un premier match compliqué, mais on a gagné. Là on va essayer de continuer à mettre notre jeu en place. Ce n'est que la deuxième journée, on n'a pas encore tous nos repères, mais cette première victoire nous a aidé à travailler dans la sérénité. Maintenant on va aller se tester chez un gros sans avoir trop de pression.

FBR : Après les belles promesses du premier match, attendez-vous également une grosse prestation de la mêlée catalane ?

GV : La mêlée, chaque semaine on repart de zéro. Tu peux être fort trois matchs de suite et d'un seul coup, tu te fais prendre. Chaque fois, c'est une remise en question. Il faut qu'on travaille pour que ça devienne un réel point fort.

FBR : La saison dernière, vous aviez eu beaucoup de mal à l'extérieur. Vous servez-vous de ces défaillances ?

GV : On ne faisait pas le jeu comme on devait le faire. On n'était pas assez fort sur notre conquête pour inquiéter l'équipe adverse. Il ne faut pas se poser de question, on doit attaquer ce match et les autres qui vont suivre pied au plancher et essayer d'avoir la meilleure conquête possible pour faire douter l'adversaire.

"Bien sûr que j'aurais aimé être encore avec certains amis, mais je ne vais pas pleurer tous les jours dans mon coin."

FBR : En tant que joueur emblématique de l'USAP, quel est votre rôle dans ce groupe ?

GV : Si je peux transmettre un peu d'expérience, un peu d'envie et d'esprit catalan à certains, je le ferai. Je pense qu'un groupe n'est qu'une seule individualité. J'essaye de transmettre, Mafi aussi, Ali Strokosch aussi. On est plusieurs à faire quelque chose et on veut que tout le monde adhère. Chacun apporte sa touche. Moi je ne suis pas là pour parler du jeu et des lancements, mais plus pour parler de l'esprit.

Guillaume Vilaceca : s'il n'en reste qu'un... - Maxppp
Guillaume Vilaceca : s'il n'en reste qu'un... © Maxppp - Michel Clementz

FBR : Et toujours cette envie de transmettre aux jeunes joueurs ?

GV : Les jeunes ont toujours besoin d'apprendre.

FBR : Vous êtes aujourd'hui le "dernier des derniers", le seul champion 2009 encore en activité à l'USAP. Comment le vivez-vous ?

GV : C'est important et c'est compliqué aussi, oui. Ça fait bizarre. Bien sûr que j'aurais aimé être encore avec certains amis sur le terrain, mais bon, ce n'est pas le cas. Il faut faire table rase, avancer. Il y a un nouveau projet, un nouveau groupe. Après, tous les matins en me levant, je ne pense pas non plus au passé. Je regarde devant.

FBR : Ça a fait un peu drôle pour vous au tout début de saison...

GV : Oui voilà, mais je ne vais pas pleurer tous les jours dans mon coin. Ça fait drôle au début, après ça passe. Il y a quelque chose de nouveau à construire et après, mon tour viendra comme les autres.

Partager sur :