Rugby

Guy Accocéberry : "L'équipe de France sera obligée de se rebeller"

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde et France Bleu lundi 12 octobre 2015 à 6:00

Guy Accocéberry dans la tribune de presse du Millenium Stadium.
Guy Accocéberry dans la tribune de presse du Millenium Stadium. © Radio France - Arnaud Carré

Le consultant de Radio France sur la Coupe du monde de rugby, l'ancien demi-de-mêlée Guy Accocéberry, évoque un "aveu de faiblesse" du XV de France contre l'Irlande. Et attend "une grosse réaction face à l'ogre néo-zélandais". Interview.

France Bleu : Le plus décevant du côté du XV de France, c'est son incapacité à réagir ?_

Guy Accocéberry_ : Oui, quand l'équipe de France a été menée de huit points 14 à 6, il fallait qu'elle reprenne le jeu à son compte, elle a eu quelques occasions de le faire mais ça a été fait avec de la maladresse, avec un manque de continuité, c'est-à-dire tous les ingrédients négatifs qu'on connait à cette équipe depuis plusieurs années. Là ça a été flagrant dans les 25 dernières minutes. Elle doit faire le jeu, elle doit marquer, elle doit aller chercher des points. Et je crois qu'elle n'a jamais réussi à faire plus de trois ou quatre temps de jeu. C'est un aveu de faiblesse de la part de ce XV de France sur le plan offensif.

La Nouvelle-Zélande, c'est totalement injouable ?

Les Français savaient qu'il valait mieux prendre l'Argentine. On aurait été dans un contexte beaucoup plus favorable. Déjà ça voulait dire qu'on avait battu les Irlandais. On aurait été en confiance, avec une sixième victoire d'affilée. Elle aurait affronté cette équipe d'Argentine, qui même en progrès a encore quelques défauts. C'aurait été très positif. Là, on prend les All Blacks. C'est une autre paire de manche. C'est vraiment la référence. A part cette année où ils ont été battus une fois par les Australiens, ils gagnent les Four Nations tous les ans. C'est du gros, c'est du lourd. Le contexte va être complètement différent. Comme on a perdu, il va falloir réagir. Ça, l'équipe de France sait plutôt bien le faire, surtout après une lourde défaite comme face à l'Irlande. Philippe Saint-André va-t-il garder la même équipe ? Y aura-t-il des changements ? Beaucoup de choses vont entrer en jeu. Le côté positif, c'est que l'équipe va être obligée de se rebeller. On attend une grosse réaction, même face à l'ogre néo-zélandais.

Il va falloir trouver la recette.

La Nouvelle-Zélande vous semble au-dessus du lot dans cette Coupe du monde ?

C'est le grand favori de la compétition. La Nouvelle-Zélande doit aller au bout, avec l'Australie qui est l'autre équipe favorite depuis qu'elle a sorti l'Angleterre. Après, sur un match tout est possible. La France l'a montré en 1999, l'a montré en 2007 dans ce même stade de Cardiff. On sera dans le même contecte dans huit jours. Mais il va falloir trouver la recette pour vaincre les All Blacks.

Et l'Irlande, elle peut aller loin ?

On a vu qu'ils sont capables à tout moment de réciter leur leçon. C'est ce qu'ils ont fait face au XV de France. C'est une équipe qui est rodée et même l'entrée des remplaçants n'a rien changé à leur jeu. Les remplaçants qui sont très jeunes ont même montré leurs qualités. Ils ont mérité largement leur victoire contre la France. Pour la suite, on verra.

Notre dossier spécial coupe du monde de rugby

Dossier France Bleu Coupe du monde de rugby 2015 - Radio France
Dossier France Bleu Coupe du monde de rugby 2015 © Radio France - Maxppp