Rugby

Guy Accocéberry : "L'Italie sans Parisse, ce n'est pas la même équipe"

Par Yves Maugue et Arnaud Carré, France Bleu Gironde et France Bleu samedi 19 septembre 2015 à 9:00

Guy Accocéberry à Croydon en Angleterre
Guy Accocéberry à Croydon en Angleterre © Radio France

Trois questions à Guy Accocéberry, le consultant de Radio France durant cette coupe du monde de rugby. L'ancien demi-de-mêlée international est assez confiant avant l'entrée en lice du XV de France face à l'Italie ce samedi (21h).

Guy Accocéberry, pourquoi ce match contre l'Italie est-il primordial pour le XV de France ?

C'est déjà assez compliqué de débuter une compétition. Et là c'est vrai que la France, comme l'Italie d'ailleurs, attaque par un match couperet. Celui qui va gagner aura déjà de grandes chances de disputer les quarts de finale puisque derrière il y aura la Roumanie et le Canada qui sont des nations moins fortes. Si la France bat l'Italie ce soir (samedi), elle aura quasiment trois semaines pour préparer cette petite finale contre l'Irlande lors du dernier match de poule où se jouerait la première place. Ce serait le scénario idéal : victoire ce soir, deux matches de préparation contre la Roumanie et le Canada avant d'attaquer l'Irlande. Car il est important de finir premier pour éviter les All Blacks en quart de finale. 

Battre les Anglais a constitué une bouffée d'oxygène.

L'équipe de France a réalisé un Tournoi décevant, la préparation a-t-elle pu apporter suffisamment d'assurance aux Bleus ?

Vous parlez de tournoi décevant mais la France sort de quatre saisons très moyennes avec un bilan où elle a plus de défaites que de victoires. Les matches de préparation ont pu amener une petite dose de confiance que les Français n'avaient pas. Le fait de battre les Anglais notamment. Les Anglais font quand même partie des favoris de cette Coupe du monde. Ça a été une vraie bouffée d'oxygène pour les Bleus de l'emporter même si derrière, la rencontre contre l'Écosse n'a pas été fantastique. Donc dans l'ensemble, la préparation a été bonne mais le plus important c'est le match contre l'Italie.

L'Italie est privée de Sergio Parisse, son capitaine. Ça change la donne ?

L'Italie sans Parisse, ce n'est pas la même équipe. Sergio Parisse est un joueur hors norme. Moi, j'aime le comparer à notre Zinedine Zidane de l'époque. C'est un joueur qui sait tout faire. Quand il est sur le terrain, il bonifie les ballons, il bonifie ses coéquipiers, il fait beaucoup de mal à l'adversaire. L'absence d'un tel joueur est très préjudiciable pour les Italiens. Je pense que l'équipe de France a les armes pour les bousculer . Elle l'avait montré d'ailleurs à Rome lors du dernier Tournoi. Si la France s'impose physiquement , il n'y aura pas de match. Il faut donc être sérieux pendant la première mi-temps et l'équipe de France prendra le dessus sur ces Italiens.

Guy Accocéberry : "Si la France s'impose physiquement, il n'y aura pas de match"

Notre dossier Coupe du monde de rugby 2015