Rugby

Guy Accocéberry : "Les All Blacks vont monter en puissance contre la France"

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde et France Bleu samedi 17 octobre 2015 à 5:00

Guy Accocébery au micro de France Bleu Gironde.
Guy Accocébery au micro de France Bleu Gironde. © Radio France

Le XV de France affronte la Nouvelle-Zélande ce samedi à 21h au Millenium de Cardiff en quart de finale de la Coupe du monde. Des Blacks dépeints comme les meilleurs du monde. Notre consultant, l'ancien international Guy Accocéberry, nous explique pourquoi.

France Bleu : Comment jugez-vous la trajectoire de la Nouvelle -Zélande ?_

Guy Accocéberry_ : C'est une équipe championne du monde en 2011 et qui n'a perdu que trois matches depuis. C'est la meilleure équipe du monde. Sur les derniers mois, elle a été un peu moins compétitive puisqu'elle n'a pas gagné les Four Nations remportés par l'Australie. Elle est arrivée sur cette Coupe du monde avec des matches de poules moyens. On n'a pas vu les grands All Blacks. Mais je suis persuadé, sur l'expérience de cette équipe, qu'elle va monter en puissance en phase finale et donc en quart de finale contre la France. Sachant que la France est la bête noire de ces All Blacks, ils vont certainement sortir des armes qu'ils n'ont pas montrées pendant les matches de poule.

Par rapport à 2011, la Nouvelle-Zélande a cette fois un grand demi-de-mêlée ?

Les Néo-Zélandais, depuis qu'ils ont Aaron Smith devenu titulaire après la Coupe du monde 2011, ont encore vu leur jeu évoluer. Ça vient de lui. C'est qu'il est très vif, il a une superbe passe, il fait jouer ses coéquipiers, il colle au ballon. Il est également capable de s'infiltrer, capable de jouer les bons coups. Il est très malin et c'est un meneur d'hommes. Il a toutes les qualités d'un demi-de-mêlée et quand il n'est pas là, l'équipe des All Blacks n'est pas au même niveau ça c'est sûr. L'équipe de France va devoir mettre une grosse pression sur Aaron Smith pour empêcher les Blacks de développer leur jeu. S'ils commencent à avancer et qu'Aaron Smith est derrière à faire gicler les ballons, ça deviendra compliqué.

La star de l'équipe, c'est le capitaine Richie McCaw ? 

C'est le fer de lance du rugby néo-zélandais. C'est le recordman mondial de sélections, il est international depuis le début des années 2.000 c'est à dire depuis quinze ans. Sa longévité est simplement incroyable.C'est aussi le joueur qui a le plus de capes en tant que capitaine des All Blacks. Devenir All Blacks déjà sur cette petite île c'est déjà un honneur. Devenir recordman des sélections et recordman des capitanats, c'est qu'on est un joueur hors normes. Richie McCaw a, en plus, perdu contre l'équipe de France en 2007 et il doit avoir ça en travers de la gorge. Je pense qu'il souhaite terminer sur un nouveau titre de champion du monde car il devrait mettre un terme à sa carrière internationale à l'issue de cette Coupe du monde.

Les Blacks ont encore une incroyable génération d'attaquants ?

Les trois-quarts All Blacks ont toujours été des joueurs hors normes. Au niveau des ailiers, on pense à Jonah Lomu, à Rokocoko, à Sivivatu. Il y a toujours des joueurs extraordinaires. Là il y a encore un Naholo ou un Julian Savea. Ce sont souvent des joueurs qui viennent des îles, qui ont des origines fidjiennes. Ils ont ce côté un peu fantasque mais aussi beaucoup de puissance, beaucoup de vitesse. Et puis ils ont deux trois-quarts centres, Ma'a Nonu et Conrad Smith, qui jouent ensemble dans leur province, qui jouent ensemble en sélection depuis des années et qui se connaissent par cœur. Ça en fait une équipe redoutable au niveau des trois-quarts. C'est rapide, c'est puissant et ça sait tout faire.