Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Guy Novès et son staff convoqués en vue d'un licenciement pour faute grave

-
Par , France Bleu

L'ex sélectionneur du XV de France, Guy Novès, et ses adjoints sont convoqués par la Fédération française de rugby (FFR) pour un entretien préalable à licenciement pour faute grave. Cette procédure permettrait à la FFR de ne pas leur verser d'indemnités.

Guy Novès le 14 novembre 2017.
Guy Novès le 14 novembre 2017. © Maxppp - Laurent Theillet

Evincé de son poste de sélectionneur du XV de France, Guy Novès, ainsi que ses adjoints, Yannick Bru et Jean-Frédéric Dubois, ont bien reçu un courrier recommandé de la Fédération française de rugby (FFR) les convoquant pour un entretien préalable à licenciement pour faute grave.

Entre 1,5 et 3 millions d'euros d'indemnités

L'information, révélée par le journal L'Equipe, a été confirmée par l'Afp ce jeudi. Si cette démarche aboutit, elle permettra à la Fédération française de rugby (FFR) de ne pas leur verser d'indemnités de licenciement. Indemnités évaluées entre 1,5 et 3 millions d'euros par la presse.

Le président de la Fédération française de rugby (FFR), Bernard Laporte, a officialisé mercredi le remplacement de Guy Novès par Jacques Brunel à la tête des Bleus. Ses adjoints ont aussi été écartés.

Bernard Laporte a justifié sa décision en expliquant qu'il souhaitait "créer une nouvelle dynamique pour l’intérêt général du rugby français" et les Bleus,englués dans une série de six défaites (dont cinq test-matches) et un nul.  

"Je n'ai rien contre Guy" Novès s'est défendu le patron de la FFR devant la presse, "il a un palmarès éloquent, il n'est pas devenu mauvais manager du jour au lendemain. J'ai le respect de ce qu'il a fait. Si j'avais été contre lui, la première décision que j'aurais prise (une fois élu à la présidence, le 3 décembre 2016, NDLR) aurait été de l'écarter".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess