Rugby

Harinordoquy : "La retraite ? Je prends encore énormément de plaisir sur le terrain"

Par Jérémy Marillier, France Bleu Toulouse lundi 25 janvier 2016 à 20:33

Imanol Harinordoquy
Imanol Harinordoquy © Radio France

Imanol Harinordoquy était l'invité des "Jeux du Stade", sur France Bleu Toulouse. L'occasion de faire le point sur la saison en cours et sur l'avenir du troisième ligne, en fin de contrat cet été.

France Bleu Toulouse : Après la Coupe d'Europe, vous reprenez le Top 14 face à la Section Paloise, ce samedi, à Ernest-Wallon. La Section a été la première équipe à vous battre cette saison (6-9, 4ème journée). Il y a une envie de revanche qui vous trotte derrière la tête ?

Imanol Harinordoquy : S'il y a un goût de revanche, c'est plus sur l'état d'esprit que l'on avait affiché à Pau. Là-bas, il n'y avait rien à dire, nous avons été pris dans l'engagement, pris sur l'envie. C'est à ce niveau là que l'on se doit de montrer un autre visage. Nous avons surtout besoin de gagner ce match. On les connaît, puisqu'on s'y est cassé les dents. On connaît les vertus et les capacités de cette équipe. Nous avons été avertis et nous savons à quoi nous attendre. Ce match est compliqué à préparer, du fait de l'absence jusqu'à jeudi de nos internationaux. Même si nous avons une base commune de travail depuis plusieurs semaines, ils vont devoir passer du mode "équipe de France" au mode "championnat". C'est une période compliquée à gérer.

D'un point de vue personnel, Imanol, à 35 ans, vous arrivez en fin de contrat cet été. Comment se dessine votre avenir ? Rugby ? Retraite ?

Je vous en parlerai quand le moment sera venu. Pour l’instant, je prends encore énormément de plaisir sur le terrain. Je ferai certainement une annonce en fin de saison quand j’aurai pris ma décision à 200%. Il y a deux ans, ma fin de saison à Biarritz a été très compliquée. Mon état physique était très mauvais, avec un genou très douloureux. Je ne pouvais même plus m’entraîner. Ne serait-ce que de pouvoir jouer un match ici à Ernest-Wallon, c’était déjà un petit miracle. Pour moi, ces deux dernières saisons, ce n’est que du bonus. C’est déjà exceptionnel de pouvoir vivre ça, j’en suis déjà très heureux. Je ne me pose pas plus de questions que ça.

Il y a assez d'expérience au Stade Toulousain pour gérer cette période avec les 6 Nations

Dans les semaines qui viennent, vous allez justement avoir du temps de jeu. Avec les 6 Nations, des joueurs comme Camara et Picamoles vont manquer certaines rencontres. Cela vous rajoute une pression supplémentaire ?

C’est sûr que l’effectif va être un peu restreint en troisième ligne. Il va surtout falloir faire attention aux petits bobos des uns et des autres. J’espère que Yacouba et Louis vont jouer, même si pour l’instant le groupe du XV de France est encore élargi. Même s’ils ne jouent pas, cela reste compliqué puisqu’ils ne sont pas avec nous. Ce sont des périodes qu’il faut savoir gérer en interne. Il y a assez d’expérience au Stade Toulousain pour le faire. J’espère que l’on va passer cette période du Tournoi des 6 Nations, une période de transition, un peu bizarre à gérer, avec pas mal de sérénité. J’espère que l’on réussira pendant cette période à engranger des points.

Partager sur :