Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

INTERVIEW | Toulouse - François Cros : "J'ai reçu un coup de fil 1h30 avant l'annonce"

-
Par , France Bleu Occitanie

Non retenu par Jacques Brunel pour partir à la Coupe du Monde au Japon avec le XV de France, le troisième ligne du Stade Toulousain François Cros revient sur ce moment difficile. Entretien France Bleu Occitanie.

François Cros face à l'Ecosse en match de préparation.
François Cros face à l'Ecosse en match de préparation. © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP

Toulouse, France

François Cros fait partie des joueurs recalés par le staff des Bleus au terme de la préparation pour le Mondial. Il en a profité pour se faire opérer d'un mollet. France Bleu Occitanie a pris de ses nouvelles. Son retour à Toulouse, le coup de fil de Jacques Brunel... Entretien.  

France Bleu Occitanie : comment s'est passée ton opération au mollet ? 

François Cros : "Je me suis fait opérer le 11 septembre à Toulouse. On m'a retiré une varice au mollet gauche. Cela ne me gênait pas forcément mais j'ai ressenti de petites douleurs lors de la préparation. Je n'avais jamais vraiment eu le temps de la faire enlever depuis trois ans. C'était le meilleur moment. J'en ai parlé à Ugo Mola, il était au courant que j'avais ça depuis un moment. On essayait de trouver un bon moment pour la retirer. C'était la fenêtre la plus propice." 

Quand est-ce que tu penses rejouer ?

"Je reprends la course cette semaine et les entraînements collectifs lundi prochain. A voir si je peux jouer à Brive ou sinon pour le weekend du derby contre Castres le 12 octobre." 

Dans quel état d'esprit es-tu après cette non-sélection ? 

"Je suis forcément déçu de ne pas avoir été pris. Il faut passer à autre chose. Je suis heureux de retrouver le groupe toulousain. Il me tarde de retrouver les terrains pour m'exprimer à nouveau."

Comment as-tu appris la nouvelle ?

"Je l'ai su par téléphone le lundi soir un peu avant l'annonce officielle sur TF1. Juste 1h30 avant. C'était assez tard. Plus les heures avançaient, plus je commençais à y croire. J'ai de suite compris en voyant le numéro pourquoi j'avais ce coup de téléphone. J'ai eu Jacques Brunel, il a essayé de se justifier. J'ai entendu ce qu'il avait à me dire mais je ne suis pas forcément satisfait non plus. Il a dû faire un choix, maintenant c'est passé. J'ai fait table rase de ça, je repars de nouveau au boulot avec le Stade."

"La fin est cruelle mais l'aventure a été belle"

On te sent un peu agacé...

"Je comprends que ce ne soit pas possible vis-à-vis des médias. Que ce soit compliqué de le dire au joueur mais l'apprendre une heure et demie avant, c'était un peu tard quoi. J'y ai cru en fait. C'est comme ça, c'est fait. C'est compliqué mais je suis qu'un joueur et je suis mal placé pour juger de ce qu'il se fait dans ces moments-là. J'ai passé un weekend compliqué à attendre. J'ai espéré que le téléphone ne sonne pas. J'aurais préféré avoir la réponse plus tôt pour ne pas espérer. Il faut avancer maintenant." 

C'est dur de suivre cette Coupe du Monde ? Ou tu suis attentivement les Bleus

"Bien sûr que je suis. On a passé deux mois et demi ensemble. On a créé des liens, je leur souhaite le meilleur. Ils ont bien démarré d'ailleurs. A eux de valider sur les deux matches qui suivent et pourquoi pas jouer la première place contre l'Angleterre."

A ton retour à Toulouse, tu as reçu du soutien ? 

"Tout le monde était un peu déçu pour moi. Cela donne un peu de réconfort. Et ça donne surtout envie de revenir au plus vite pour mettre cette Coupe du Monde derrière moi. Je retire quand même beaucoup de positif. Si on m'avait dit en début de saison que j'aurais fait la préparation pour le mondial avec deux sélections à la clé, j'aurais signé de suite. La fin est cruelle mais l'aventure a été belle. Je veux retenir ça."

Tu retrouves un Stade Toulousain qui a perdu trois fois en quatre journées. Comment est le groupe ? 

"Il n'y a pas de panique. Ce sont trois défaites à l'extérieur chez trois belles équipes du Top 14. Il faut relativiser. Il n'y a pas de signal d'alarme mais on sait maintenant qu'il faut qu'on bascule. Toutes les équipes vont nous attendre, on a un rang à tenir. Avec ce qu'on a fait vivre à nos supporters l'an dernier, on va tout faire pour basculer de l'autre côté."

Choix de la station

France Bleu