Rugby

Gonzalo Quesada : "aujourd'hui, les contrats fédéraux tout seuls, je ne vois pas trop ce que cela veut dire"

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris Région et France Bleu mercredi 21 octobre 2015 à 20:17

Gonzalo Quesada, entraîneur du Stade Français
Gonzalo Quesada, entraîneur du Stade Français © Maxppp

Révolution ou statu-quo? C'est ce jeudi que la Fédération Française de rugby tient un conseil fédéral extraordinaire sur le fiasco du XV de France à la Coupe du monde. Des solutions pourraient être proposées pour mieux protéger les joueurs du XV de France. L'avis de Gonzalo Quesada.

Son avis est d'autant plus intéressant que l'actuel entraîneur du Stade Français Paris, le club champion de France en titre, a également fait partie du staff de l'équipe de France de rugby en tant que responsable du jeu au pied et des buteurs, entre 2008 et 2011. Gonzalo Quesada a accepté de donner son avis sur le XV de France et la Coupe du monde de rugby, lors du point presse du Stade Français avant le derby face au Racing 92, vendredi soir.

"Je suis d'accord qu'on joue trop en France mais beaucoup d'Argentins sont aussi dans ce cas-là"

France Bleu : Est-ce qu'il y a de grandes différences de préparation entre l'Argentine et la France, selon vous, pour expliquer la différence de niveau?

_Gonzalo Quesada : j_e crois qu'il y a quelques différences mais les moyens de préparation de l'équipe de France sont meilleurs que ceux de l'Argentine.  Par exemple, les Argentins sont partis quinze jours cet été dans un centre aux Etats-Unis que je connais bien et c'est beaucoup moins intéressant que Marcoussis, où l'équipe de France a pu passer beaucoup de temps et où il y a tout en terme de salle de musculation, des terrains d'entraînement, en terme de nutrition, de staff,... L'Argentine a peut-être eu l'avantage de disputer le Four Nations : on pensait au début que c'était un inconvénient mais au final, cela leur a fait beaucoup de bien en se confrontant aux nations de l'hémisphère sud.  L'Argentine a su mettre en place un projet au long cours pour en arriver là.

Mais pourquoi une telle différence au final?

Je ne peux faire qu'un constat comme vous. Pas plus. Après, je suis d'accord pour dire qu'on joue trop en France. Je suis d'accord que si on joue 11 mois, forcément on ne peut pas faire un cycle de récup comme il faut. Mais encore une fois, il y a aussi beaucoup d'Argentins qui sont dans ce cas-là et qui sont très performants. Il y a des Australiens qui sont également dans ce cas-là, des Fidjiens,...Durant la Coupe du monde, il y avait une dizaine de nations qui jouent en Top 14. Donc il  faudrait trouver toutes les explications. Après, sans doute que le calendrier  est un problème pour la préparation d'une équipe nationale et la France en particulier.

"Est-ce qu'ils vont créer des Provinces comme dans l'hémisphère sud? Là-bas, il n'y a pas de système de clubs".

Est-ce que les contrats fédéraux  seraient une solution?

Je ne sais pas ce que signifient aujourd'hui ces contrats fédéraux en France. Est-ce que cela veut dire que les joueurs ne seraient que sous contrat avec la Fédération et qu'ils n'auraient pas de club et ne joueraient que le tournoi des VI Nations et les tournées?  Est-ce qu'ils vont créer des Provinces comme dans l'hémisphère sud : là-bas, ils ont des contrats fédéraux et c'est la Fédé qui les met après à la disposition des provinces mais ce n'est pas un système de clubs. Ou est-ce que  l'on va avoir des contrats fédéraux et des contrats avec les clubs : dans ce cas-là, le joueur jouerait avec le club mais avec plein de restrictions données par la Fédération.  Mais des contrats fédéraux tout seuls, je ne vois pas ce que cela veut dire. Peut-être que ce serait une des solutions pour que la Fédé puisse avoir plus la main avec des joueurs qui auraient des droits et des devoirs à respecter.

Mais en tant qu'entraîneur de club, comment on pourrait accepter ce genre de contrats?

Aujourd'hui, on accepte déjà les restrictions. Par exemple, Sakaria Taulafo, qui est samoan, sait qu'on a besoin de lui en ce moment au poste de pilier, il a envie de rendre au club, il est sous contrat avec nous, il s'entraîne et il est en pleine forme, mais il n'a pas le droit de s'entraîner avec nous, de jouer avec nous, parce que le règlement fait qu'on est obligé de lui donner des vacances. Il vient donc s'entraîner tout seul le soir. C'est très frustrant. Donc si les contrats fédéraux ne sont qu'à moitié et que les joueurs sont là, en club, mais sans avoir le droit de jouer, ce ne serait qu'une demi-solution.