Rugby

Jérôme Garcès, le seul Français à avoir réussi sa Coupe du monde de rugby

Par Yves Maugue, France Bleu Béarn, France Bleu Gironde et France Bleu mercredi 21 octobre 2015 à 11:39

Jérôme Garcès lors du quart de finale Irlande-Argentine
Jérôme Garcès lors du quart de finale Irlande-Argentine © Maxppp - Laurent Theillet

Jérôme Garcès arbitrera samedi à Twickenham (17h) la demi-finale entre la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud le jour de son anniversaire. C'est le premier Français à officier à ce stade de la Coupe du monde depuis sa création. Un honneur accueilli avec fierté chez lui, à Arudy dans le Béarn.

Depuis la création de la Coupe du monde de rugby, en 1987, les arbitres anglo-saxons trustent les demi-finales et les finales. Il a fallu attendre 2007 pour voir un Français tenir le sifflet en quart de finale, c'était pour un match Argentine-Écosse et c'est Joël Jutge qui avait été choisi. Le même Joël Jutge est devenu aujourd'hui le patron des arbitres mondiaux. Jérôme Garcès franchit donc une marche supplémentaire. Il va diriger la demi-finale samedi (17h, stade de Twickenham) entre la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud. Un joli cadeau pour celui qui fêtera son anniversaire (42 ans) justement ce samedi.

La locomotive de l'arbitrage dans le Béarn

Jérôme Garcès est originaire d'Arudy dans la vallée d'Ossau, au sud de Pau. C'est là qu'il a débuté le rugby. A 19 ans, il jouait à l'aile de l'Etoile Sportive en troisième division et donnait parfois un coup de main pour diriger les matches de l'école de rugby. C'est là qu'il a été repéré par Jean-Jacques Séréna, lui-même arbitre. "_Je me suis dit, il est fait pour arbitrer. On sentait déjà qu'il avait de l'aisance, de la pédagogie dans son arbitrage avec les enfants parce qu'il sifflait mais il expliquait aussi. Il était calme, serein. Même dans ses courses, ses déplacements. A la fin du match, je suis allé le voir. Je lui ai dit qu'en restant joueur à Arudy, il ne connaîtrait_ pas de grandes joies sportives. Mais arbitre, ça pouvait être autre chose. Il est venu avec moi. Tous les vendredis soirs on partait au cours d'arbitrage à Pau. Il y avait le cours, et puis le repas après où on se retrouvait un dizaine d'arbitres à refaire le monde. Je l'ai toujours suivi  depuis. Je me dis mais quel parcours ! Jérôme est vraiment quelqu'un de très bien".

Jean-Jacques Séréna : "Je me dis, mais quel parcours !"

Jérôme Garcès est devenu la tête d'affiche de l'arbitrage béarnais. "Chez nous, c'est une locomotive, témoigne Michel Roger, le directeur technique de l'arbitrage au comité du Béarn. Beaucoup d'arbitres pourraient s'en inspirer. Il suscite aussi des vocations. Le fait qu'il ait été retenu pour la Coupe du monde a amené d'anciens joueurs à venir nous voir. Ils veulent essayer pour voir comment ça se passe. Il y a un frémissement".

►►► A lire aussi : Le rêve de l'arbitre catalan Mathieu Raynal

L'arbitrage français progresse et commence à être réellement reconnu. Ils étaient quatre (Jérôme Garcès, Romain Poite, Mathieu Raynal et Pascal Gaüzère) sur cette Coupe du monde 2015, là encore une première. Pour la finale il faudra encore patienter. Des quatre arbitres qui officiaient en quart de finale, Garcès et l'anglais Wayne Barnes ont été retenus pour les demi-finales. Le sud-africain Craig Joubert est hors-jeu après son erreur sur la dernière action décisive (il a donné une pénalité aux australiens alors qu'une mêlée s'imposait) du match Australie-Écosse. Reste Nigel Owens. Le Gallois qui a dirigé France-Irlande et France-Nouvelle-Zélande est le grand favori pour arbitrer la finale le 31 octobre.

►►► Retrouvez toutes les infos sur la Coupe du monde 2015 dans notre dossier spécial