Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Rugby

Joué-lès-Tours : plus de jeu, moins de plaquages, l'école de rugby change ses méthodes

jeudi 10 janvier 2019 à 6:36 Par Yvan Plantey, France Bleu Touraine

La série des accidents mortels sur les terrains oblige la Fédération française de rugby à revoir l'apprentissage de son sport chez les plus jeunes, comme au club de Joué-lès-Tours.

Les jeunes de l'US Joué-lès-Tours expérimentent actuellement un rugby fondé sur l'évitement
Les jeunes de l'US Joué-lès-Tours expérimentent actuellement un rugby fondé sur l'évitement © Radio France - Alexandre Lepère

Joué-lès-Tours, France

Dimanche 6 janvier, Nathan Soyeux, 23 ans, est décédé au CHU de Dijon après un choc subi lors d'un match de rugby amateur. La suite d'une liste noire : en huit mois, ce sont quatre joueurs qui sont morts en France sur un terrain. À chaque fois, des jeunes entre 18 et 23 ans sont concernés. De quoi pousser les écoles de rugby à des ajustements dans leurs entraînements, c'est le cas à l'US Joué-lès-Tours, le deuxième plus gros club formateur de l'Indre-et-Loire.

S'éviter plutôt que s'affronter

Depuis la rentrée de septembre et jusqu'à la mi-janvier, les jeunes âgés entre 6 et 12 ans testent un jeu d'évitement, sans aucun contact possible. Dés qu'un rugbyman est touché, il faut alors lâcher la balle et exécuter une passe. Un changement imposé par la Fédération française de rugby, qui perturbe les jeunes habitués aux plaquages, mais bénéfique pour les éducateurs. "Avant, la situation se bloquait dans des mauls, des groupes. Désormais, le jeu va beaucoup plus vite" admet Jean-Paul, éducateur des 10-12 ans.

Une fois ceinturé, le porteur du ballon n'a plus de solutions... et doit rendre son bien. - Radio France
Une fois ceinturé, le porteur du ballon n'a plus de solutions... et doit rendre son bien. © Radio France - Alexandre Lepère

Aussi, les passages en force sont maintenant interdits, selon une règle du programme "Rugby bien joué", présenté fin Août 2018. En clair, chaque jeune rugbyman doit rendre le ballon à l'adversaire lors d'un passage en force, sous peine d'être sanctionné d'une faute. 

On recherche avant tout des jeunes très mobiles, qui jouent avec le ballon, plutôt que des "bourrins" - Pierre Lebeau, coordinateur sportif de l'école de rugby de l'US Joué-lès-Tours.

Des parents rassurés ?

Pour l'instant, il n'y a pas de psychose chez les parents habitués à emmener leurs enfants à l'école de rugby. "Je n'ai pas peur pour eux" confie Marianne. "On leur apprend les bonnes techniques pour bien tomber et pour ne pas se faire mal. À leur âge, il n'y a aucun souci pour l'instant."

Encadrés par Jean-Paul, les jeunes de l'école de rugby ont effectué leur toute première séance de plaquages de la saison. - Radio France
Encadrés par Jean-Paul, les jeunes de l'école de rugby ont effectué leur toute première séance de plaquages de la saison. © Radio France - Alexandre Lepère

Toutefois, un petit doute subsiste, comme chez Céline, qui a un enfant de 6 ans débutant tout juste le rugby. "Je suis un peu plus inquiète qu'avant. Heureusement, mon fils n'est pas professionnel !" Une réflexion comme un pied de nez au championnat français du Top 14, toujours réputé pour son jeu physique, basé sur l'affrontement, loin des principes posés en école de rugby.

En tout cas, le désamour des Français pour le rugby est visible par les chiffres des licenciés, passés de 312 000 à 281 000 entre la rentrée de septembre 2017 et celle de 2018. En Touraine, le nombre de licenciés a baissé de 7% tandis que l'école de rugby de Joué-les-Tours a perdu -30% de son effectif total sur les trois dernières années... 

Alexandre Lepère